Dakar-Echo

Grève rarissime des pêcheurs Sénégalais sur deux chalutiers à La Turballe, ils s’estiment mal payés

Grève rarissime des pêcheurs Sénégalais sur deux chalutiers à La Turballe, ils s’estiment mal payés

Les marins-pêcheurs des deux plus gros chalutiers de La Turballe sont en grève. En pleine saison du thon, ils estiment qu’ils ne sont pas assez payés, ce que l’armateur conteste.

Les deux plus grands chalutiers de La Turballe sont coincés au port, en pleine saison du thon. C’est très rare, 8 des 13 marins-pêcheurs de ces bateaux sont en grève. Ils estiment qu’ils ne sont pas assez bien payés. L’armateur conteste. Le conflit est arrivé jusqu’au tribunal des affaires maritimes de Saint-Nazaire mais sans trouver d’issue semble-t-il.

Nos salaires ne sont pas équivalents à ce qu’on pêche
Même après presque deux heures de discussions, les deux parties campent sur leurs positions. Les marins, des Sénégalais pour la plupart, estiment ne pas avoir été payés proportionnellement à ce qu’ils ont pu pêcher. Leur porte-parole attend toujours un geste du patron : « On a constaté que nos salaires n’était pas équivalents à ce qu’on pêche. Il y a encore plusieurs points à éclaircir mais on peut encore trouver une solution ».

Il y a une obligation de paiement du salaire mais aussi une obligation de travail

L’avocate de l’armateur est moins optimiste. Maître Élodie Paul parle d’une rupture de confiance : « La balle est dans le camp des matelots et on espère qu’ils voudront bien reprendre la mer mardi. Tout a été vérifié avec l’expertise comptable, avec le cabinet de gestion de paie, ils ont vu qu’on est carré sur tout et notamment sur le paiement des salaires. Donc aujourd’hui, on ne donnera pas plus parce qu’on estime que tout a été régularisé. Il y a une obligation de paiement du salaire mais il y a aussi une obligation de travail ».

Un manque à gagner considérable
Si les pêcheurs ne sont pas à bord mardi, ils recevront une convocation à venir travailler. Le bras de fer pourrait donc encore durer. En attendant, le manque à gagner pour les pêcheurs et l’armateur, en pleine saison du thon, est considérable.

Hélène Roussel avec France Bleu Loire Océan

Articles similaires

Laisser un commentaire