DiasporaInternationalMaliSociété

Choguel Kokalla Maïga reçoit des envoyés du Sheikh Al Saud Al Talib d’Arabie Saoudite pour un projet de construction d’une raffinerie d’or

Intervenant dans le développement des relations internationales, Habib Aw et Lamine Ndaw, membres du Groupe Consultants Sénégalais, accompagnés du Directeur général de la société Hamza Koma Gold, Abdoulaye Hamma Maïga, ont été reçus par le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, ce jeudi 25 avril 2024.

Ils sont venus exposer au Chef du Gouvernement la demande construction d’une raffinerie d’or au Mali porté par Cheikh Saoud Abdallah Saoud Al-Talib, de la famille princière saoudienne. Intégrant également la construction d’une école de formation aux métiers de l’or et l’intervention dans le domaine des œuvres sociales, le projet sera financé dans le cadre d’un partenariat public-privé.

Selon les visiteurs du jour, il s’agit de transformer sur place l’or dans les environs de Bamako en tenant compte des principes de la responsabilité sociétale d’entreprise (RSE), c’est-à-dire en accompagnant le projet par la construction d’écoles et d’hôpitaux au bénéfice des populations tout en respectant les normes de protection de l’environnement. En somme, une manière d’appliquer les règles du contenu local édictées par la loi minière malienne.

Répondant à ses visiteurs, le Premier ministre s’est dit heureux de constater qu’ils sont déjà au courant des nouvelles règles issues des recommandations des Assises nationales de la Refondation (ANR) ayant, à leur tour, donné naissance à la nouvelle loi minière avec ses nouvelles exigences.

Dr Choguel Kokalla Maïga a, en effet, rappelé les trois principes édictés par le Président de la Transition, aujourd’hui constitutionnalisés : le respect de la souveraineté nationale, le respect des choix stratégiques et des partenariats, la défense des intérêts vitaux du peuple malien dans les prises de décision.

«Nous sommes pour une formule qui arrange tout le monde. En matière de questions autant sensibles que celle des mines, personne ne peut décider tout seul», a dit le Premier ministre. Il a informé les consultants que le secteur des mines est aujourd’hui géré au plus haut niveau de l’Etat, par le Président de la Transition, le Colonel Assimi Goïta. Il les a conseillés de commencer leurs démarches en adressant une demande d’audience au ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, premier contact en matière d’investissement en provenance de l’extérieur.

Le projet sera ensuite examiné par ce département en collaboration avec celui des Mines et celui de l’Economie et des Finances. «Nous ne voulons plus exporter de l’or brut. Le gros de l’or sort par des voies non officielles et les orpailleurs produisent aujourd’hui une bonne partie de l’or au Mali. Les trois départements ministériels constituent une bonne porte d’entrée pour ne pas vous tromper. Exposez-leur l’éventail des potentialités de votre équipe».

A l’issue des pourparlers avec eux, ils rendront compte, à leur tour, au Président de la Transition qui prendra la décision finale.

À noter que le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale était représenté à la rencontre par son directeur du département Asie.

CCRP

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 625

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *