AfriqueDiasporaSociété

Le Sénégal 5e des demandes de visa Schengen rejetées en 2022, l’Algérie en tête

Malgré la baisse significative du nombre des demandes de visa Schengen, le taux de rejet des demande considérablement augmenté en 2022, année durant laquelle 30% des demandes de provenant d’Afrique ont été rejetées. L’Algérie caracole en tête du classement continental des demandes refusées.

Avec 70% des pays les plus refusés qui sont africains, les pays du continent subissent des taux de refus de visa Schengen nettement plus élevés que le reste du monde, révélant un «parti pris prédéterminé» des autorités européennes selon le professeur Mehari Taddele Maru, membre de l’Institut d’études comparées de l’intégration régionale de l’Université des Nations Unies à Bruges (Belgique), professeur à temps partiel au Centre de politique migratoire. Une disparité qui entrave la mobilité et freine les opportunités commerciales entre l’Afrique et l’Europe.

En 2022, 30% des demandes de visa Schengen provenant d’Afrique ont été rejetées, contre seulement 17,5% au niveau mondial. Le professeur Maru souligne que «les taux de rejet des demandeurs africains sont généralement 10% plus élevés que la moyenne mondiale, trois fois plus élevés que le taux le plus élevé ailleurs et dix fois plus que pour les Américains.»

Selon le récent rapport de Henley and Partners, sur les 392053 demandes soumises, 179.409 Algériens se sont vu refuser leurs demandes de visa Schengen. L’Algérie est talonnée par la Guinée-Bissau avec un taux de refus de 45,2%. Sur les 7990 demandes soumises par les bissau-guinéens, 3611 ont été rejetées.

En troisième position, apparaissent les Nigérians (45,1 %) avec 39189 refus sur les 88815 demandes soumises, et les Ghanéens (43,6%), 42124 demandes pour 18363 refus.

En cinquième position arrivent les Sénégalais avec un taux de refus de 41,6 %. Les Sénégalais ont soumis 56866 demandes, parmi lesquelles 23683 ont été refusées.

Notons que 70 % des 10 pays au monde ayant les taux de refus de visa les plus élevés dans la région Schengen d’Europe (qui comprend 29 pays) sont africains.

En 2022, l’Afrique arrive en tête de la liste des refus avec 30 %, soit une demande traitée sur trois, alors qu’elle a le plus faible nombre de demandes de visa par habitant », ajoute le rapport.

«Le système européen de visa démontre un parti pris apparent à l’encontre des candidats africains, malgré des justifications fondées sur des préoccupations sécuritaires ou économiques», dénonce le Pr. Maru. «Cela mine les relations et les objectifs de mobilité.»

Si le niveau de revenu explique en partie ces écarts, cette explication demeure insuffisante face à des pays comme l’Inde ou la Turquie avec des taux plus bas. Le poids économique du pays d’origine et la puissance du passeport semblent peser lourdement dans l’équation.

Top 5 des refus de visa Schengen en Afrique

Pays Africains Demandes de visa Schengen Rejets de visa Schengen Taux de refus
Algerie 392.053 179.409 45,8 %
Guinee Bissau 7990 3.611 45,2 %
Nigeria 86.815 39.189 45,1 %
Ghana 42.124 18.363 43,6 %
Sénégal                                               56.866         23.683                                       41,6 %

Ces restrictions entravent la participation du secteur privé aux partenariats commerciaux avec l’Afrique, au moment où l’UE cherche à approfondir ses liens économiques. «L’Union européenne doit lutter contre ces pratiques discriminatoires et œuvrer à des opportunités justes pour la mobilité», plaide le Pr. Maru.

Hausse des visas délivrés en 2023
Dans ce contexte, l’annonce par la Commission européenne d’une hausse des visas délivrés en 2023, contribuant à près de 10% du PIB européen, soulève des interrogations. Comment garantir l’égalité de traitement en vue de favoriser les échanges économiques mutuellement bénéfiques?

Les demandes de visa à des fins professionnelles, d’études ou de tourisme impliquent des processus longs et coûteux pour les Africains, avec de nombreux refus injustifiés. Au-delà des frais engagés en pure perte, ces obstacles limitent leurs perspectives de développement personnel et professionnel.

Il faut dire que ces politiques restrictives s’inscrivent dans une logique sécuritaire dépassée qui alimente les préjugés plutôt que de prendre en compte les enjeux humains et économiques. L’Europe doit évoluer vers une approche plus ouverte et pragmatique.

Les taux de refus disproportionnés heurtent les principes fondamentaux de non-discrimination promus par l’UE, pourrait renchérir plus d’un. Outre les conséquences économiques dommageables, cette politique nuit à la crédibilité et à l’image des Européens en Afrique.

Plusieurs spécialistes s’accordent sur la nécessité d’une réforme en profondeur du système de délivrance des visas Schengen, visant plus de transparence, d’équité et de facilitation des échanges. Seule une telle approche inclusive permettra de tirer le plein potentiel des relations économiques entre l’Europe et l’Afrique, dans un esprit de partenariat gagnant-gagnant.

Par Modeste Kouamé

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 558

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *