DiasporaFaits diversSport

Le Rayo Majadahonda, l’équipe de Cheikh Sarr, suspendu après avoir été victime de racisme, proteste en plein match

Le gardien du Rayo Majadahonda a été soutenu par ses partenaires qui ont refusé de jouer lors des premières secondes de leur match contre Ponferradina, ce samedi en troisième division espagnole.

Le soutien est total depuis une semaine. Cheikh Sarr, suspendu deux matchs par la Fédération espagnole (RFEF) pour s’en être pris à un supporter qui l’insultait, a de nouveau été défendu ce samedi. Lors du match de son équipe du Rayo Majadahonda face à Ponferradina, ses partenaires ont manifesté leur désaccord avec la décision de la RFEF.

Pour ce premier match depuis l’annonce de sa sanction, survenue ce mercredi, le gardien de but était présent auprès de ses coéquipiers, même s’il n’a bien sûr pas joué.

Avant le début de la rencontre, les titulaires du Rayo Majadahonda ont déployé une banderole en son honneur : « Une équipe, une famille avec Cheikh, contre le racisme. » Puis, au moment du coup d’envoi, ils ont simplement mis le ballon en retrait et attendu de longues secondes avant de jouer.

Le week-end passé, le malheureux Cheikh Sarr avait été victime de racisme, lors d’un match de troisième division espagnole face au Sestao River. Les insultes venaient de la tribune derrière son but. Furieux, le gardien s’était arrêté de jouer et avait empoigné un supporter. L’arbitre l’avait alors exclu, et, face au refus des joueurs du Rayo Majadahonda de rejouer, la partie avait été interrompue.

De nombreux observateurs avaient appelé la Fédération espagnole à ne pas sanctionner le gardien pour son geste. Ce mercredi, la une de Marca affichait le message suivant : « Si on veut vraiment en finir avec le racisme, Cheikh ne doit pas être sanctionné. La victime ne peut pas être punie. »

Finalement, le portier avait écopé de deux matchs de suspension et son équipe avait perdu la rencontre face au Sestao River sur tapis vert (3-0).

Les incidents racistes se multiplient ces dernières saisons en Espagne. L’ailier du Real Madrid, Vinicius Junior, est régulièrement la cible de propos abjects et s’est érigé en figure de la lutte contre le racisme. Il avait d’ailleurs défendu Cheikh Sarr après l’incident du week-end passé : « Les racistes doivent être démasqués et les matchs ne peuvent pas continuer avec eux dans les tribunes. Nous aurons la victoire que lorsque les racistes quitteront les stades pour aller directement en prison. C’est la place qu’ils méritent.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 234

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *