Dakar-Echo

Il droguait sa femme avec du Temesta et la livrait à des violeurs

Il droguait sa femme avec du Temesta et la livrait à des violeurs

La police d’Avignon enquête actuellement sur une affaire hors normes s’étendant sur plusieurs années.

L’histoire, cauchemardesque, est digne d’une série policière sombre. Mais une femme de 69 ans domiciliée dans le Vaucluse l’a bel et bien vécue.

Pendant des années, son mari lui a fait prendre un puissant somnifère à son insu et proposait ensuite à d’autres hommes de venir la violer à son domicile. Cela fait maintenant un an que la police judiciaire d’Avignon enquête sur cette affaire sordide, et 44 personnes ont déjà été interpellées.

La vie de Marie a basculé le 2 novembre 2020, quand elle a été convoquée au commissariat de Carpentras, écrit «Midi Libre». Là, un officier lui a raconté que depuis des années, l’homme qu’elle a épousé il y a près de 50 ans la droguait le soir avec du Temesta.

Ensuite, Dominique invitait des hommes rencontrés sur un site libertin et leur proposait de violer sa femme. L’individu de 68 ans satisfaisait alors ses fantasmes de voyeur en filmant les viols, ce qui facilite la tâche des enquêteurs dans le travail d’identification qu’ils mènent actuellement.

«225 endormissements en un an»
Lieutenant pompier, journaliste, gardien de prison, infirmiers… plus de quarante habitants de la région ont déjà été interpellés. Dominique, lui, a été arrêté en septembre 2020 dans un supermarché alors qu’il filmait sous les jupes de clientes, téléphone à la main.

C’est en examinant la mémoire d’un des appareils du sexagénaire que les enquêteurs ont découvert l’horreur. Sur la base des ordonnances de somnifères que Dominique a obtenues, les enquêteurs estiment le calvaire qu’a vécu Marie à «225 endormissements en un an».

Dominique, qui a rapidement reconnu les faits, évoque «entre trente et cinquante» hommes ayant abusé de sa femme. Alors que l’enquête suit son cours, Marie tente de se reconstruire. «C’est un tsunami. Je me sens sale. Quand je pense à ces hommes qui violent une morte, je suis anesthésiée», a-t-elle confié à ses proches.

Articles similaires

Laisser un commentaire