Dakar-Echo

Répugnant

Répugnant

Si ce n’est pas façon achat de consciences, ça y ressemble beaucoup. Le Chef n’est pas petit, mais il n’est pas non plus grand. C’est -à -dire de ces élévations qui forcent le respect et l’estime.

Passe qu’il n’est au courant de rien. Même si sa flicaille bastonne ses opposants, tentant de les humilier, il ne le sait pas. Et puis, lui d’ailleurs, il n’est au courant de rien.

Quand le pays se prépare à cracher du feu, il prend les airs pour se rendre quelque part dans le vaste monde. Bizarrement, Diouf et Wade n’étaient également au courant de rien.

L’un était rattrapé par l’usure du pouvoir, l’autre, bien que vieil homme mais gardant quand même l’œil et l’esprit vifs, était encagé par des flagorneurs gourmands et jamais repus.

Avec le Chef, né après les indépendances, c’est encore pire. En plus de son entourage d’une belle vacuité intellectuelle, il est souvent dans des calculs politiciens.

Tripatouille et doigte la Constitution à sa guise en piétinant sans arrière- pensée les fondements de l’éthique. Après avoir tué la Poste à travers ses bourses familiales véritables trésors de guerres électorales, il vient de sortir de son chapeau magique la formule dite « opération cash transfert ».

Un autre moyen de corrompre une population qu’il a lui-même appauvrie par ses politiques hasardeuses. Il va ainsi distribuer plus de 46 milliards à 588 000 ménages.

Une belle fortune qui aurait pu créer des emplois. Ou du moins servir à des activités plus lucratives pour le développement du pays.

Surtout que ses fameuses bourses familiales, censées combattre la pauvreté, n’ont rien donné. Juste lui permettre d’avoir une armée électorale. Et ça tombe bien à quelques semaines des Locales qui sont pour sa cour de flagorneurs la voie royale pour tester la résistance pour un troisième mandat.

Faire du forcing en quelque sorte. Il faudra bien rappeler à ce Chef qui s’amuse avec l’argent public tout en s’amusant avec la Constitution, les vraies urgences de ce pays qui dépassent ce honteux achat de consciences qui ne dit pas son nom et auquel il nous a habitués.

C’est répugnant et antidémocratique !

Articles similaires

Laisser un commentaire