Dakar-Echo

Reporters sans frontières (RSF) dénonce le détournement des unes de plusieurs journaux sénégalais

Reporters sans frontières (RSF) dénonce le détournement des unes de plusieurs journaux sénégalais

Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé, dans un communiqué reçu vendredi à l’APS, les tentatives de désinformation faites récemment par le détournement des unes de plusieurs journaux sénégalais.

Cette modification des titres des journaux est de nature à ‘’altérer’’ le débat démocratique et à ‘’nuire’’ aux médias qui en sont victimes, selon RSF.

’’Cinq quotidiens d’information sénégalais ont vu le contenu de leur première page détourné sur les réseaux sociaux, entre le 7 juillet et le 27 juillet 2022. Le message principal de la véritable une est transformé à des fins de propagande politique’’, explique l’organisation de défense de la liberté de la presse.

EnQuête, L’Observateur, Le Soleil, Sud Quotidien et Le Quotidien en ont été victimes, précise-t-elle.

Ce détournement des titres des journaux est de nature à ‘’altérer le débat démocratique et [à] nuire aux médias qui en sont victimes en portant atteinte à leur réputation [et] mettant en danger leurs journalistes’’, affirme RSF.

’’Nous demandons aux autorités de prendre les dispositions nécessaires pour faire cesser ces pratiques nuisibles à l’intégrité de l’information, qui portent un rude coup à la crédibilité des journaux (…) victimes’’, a dit, dans le communiqué, le directeur de Reporters sans frontières en Afrique de l’Ouest, Sadibou Marong.

RSF dénonce une ‘’technique dangereuse’’, qui peut ‘’tromper’’ les utilisateurs des réseaux sociaux.

L’organisation de défense de la liberté de la presse appelle les autorités sénégalaises à ouvrir ‘’immédiatement’’ des enquêtes ‘’pour identifier et punir les auteurs de ces détournements’’.

Un ‘’influenceur’’ connu sur les réseaux sociaux pour ses ‘’revues de presse satiriques’’ a été arrêté par la division spéciale de la cybercriminalité, annonce EnQuête dans son édition de ce vendredi.

Il a été placé en garde à vue, affirme le même journal, selon lequel un autre suspect a reçu une convocation de l’entité chargée de la lutte contre la cybercriminalité au sein de la Police nationale.

Articles similaires

Laisser un commentaire