Dakar-Echo

Jean-Marc Kabund, nouvel opposant farouche à Félix Tshisekedi

Jean-Marc Kabund, nouvel opposant farouche à Félix Tshisekedi

L’ancien chef du parti présidentiel en République démocratique du Congo, Jean-Marc Kabund, a lancé sa formation politique, lundi, et affirmé qu’il affichera une opposition au régime du Félix Tshisekedi, quelques mois après qu’il avait été évincé de son poste de vice-président de l’Assemblée nationale.

Cinq mois après sa disgrâce, Jean-Marc Kabund, 41 ans, a convoqué la presse pour rompre le silence sur son avenir politique après avoir été évincé de la vice-présidence de l’Assemblée nationale et de la tête du parti présidentiel, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).

« C’est fini, il n’y a plus rien à espérer avec le président Tshisekedi et l’UDPS qui ont échoué. Le pouvoir en place est incapable. Je demande au peuple de se mobiliser pour chasser Félix Tshisekedi du pouvoir », a déclaré le nouvel opposant devant la presse.

Il a affirmé que « Félix Tshisekedi a converti les gouverneurs des provinces en filles et garçons de course ».

L’accès aux soins de santé primaire de la population « devient un cauchemar sous le régime des jouisseurs », a encore Kabund.

« On a vu par contre la mise en place d’un système corrompu des kamikaze en enrichissement illicite, pillages et détournements des deniers publics », a-t-il déclaré.

Depuis que Tshisekedi est au pouvoir, « il n’a jamais songé à doter ne serait-ce que l’uniforme aux militaires et policiers. Que dirions-nous alors des munitions ? », a-t-il encore affirmé, précisant qu’il est « clairement établi que le système en place expose la République, le peuple ainsi que ses ressources ».

Pour lui, « Félix Tshisekedi doit être considéré comme un danger au sommet de l’Etat. Une nouvelle offre politique s’impose ».

L’ancien homme fort du régime a assuré assister à des « tâtonnements et des essaies erreurs » dans la gestion du pays.

« Les caisses de l’Etat saignent jour et nuit (…) les promesses irréalisables sont considérées comme mode de gestion », a-t-il ajouté.

Alors que les élections générales sont censées se tenir en 2023, Kabund a déclaré que le régime Tshisekedi a « décidé de mettre en péril la périodicité, la sincérité et la transparence des élections en préparant le glissement ainsi qu’en orchestrant une fraude massive ».

Il a ainsi annoncé le lancement de son parti politique « alliance pour le changement »

Il se veut opposant au régime en place. « Nous imposerons l’ordre et la discipline dans ce pays », a-t-il lancé, assurant qu’il n’accompagnera personne, mais se battra pour conquérir le pouvoir.

Architecte de l’ombre de l’Union sacrée, Kabund a joué un rôle clé dans la formation de la coalition qui a succédé à l’alliance entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, rompu en fin 2020.

Articles similaires

Laisser un commentaire