Politique

Recrutement de Seydina Oumar Touré et de Guy Marius Sagna à la ville de Dakar: Barthélémy Dias freiné par la loi

La décision prise par Barthélémy Dias de recruter de manière ostentatoire à la ville de Dakar l’ex-capitaine Seydina Oumar Touré et Guy Marius Sagna comme «conseiller technique en charge de la sécurité urbaine» et «conseiller technique chargé des affaires sociales et de la réinsertion» relèverait du populisme.

Selon plusieurs sources, la loi ne prévoit pas ces deux postes dans l’organigramme des collectivités territoriales. Par conséquent, leurs contrats ne seront jamais validés par l’Inspection du travail.

Le maire de Dakar a décidé de nommer au poste de « conseiller technique en charge de la sécurité urbaine » l’ancien capitaine Seydina Oumar Touré. Il en a fait de même avec un fort renfort médiatique pour l’ ancien activiste Guy Marius Sagna qui devient « conseiller technique chargé des affaires sociales et de la réinsertion».

Ce dont L’As est sûre, c’est que ces deux contrats ne seront pas validés par l’Inspection de travail. « Barth peut leur octroyer un bureau et payer leur salaire, mais il ne pourra jamais les faire payer par l’Etat. Il semble ignorer que les collectivités territoriales sont un démembrement de l’Etat donc soumises aux lois en vigueur», a confié une source digne de foi.

D’après elle, le recrutement de l’ex-capitaine Touré et de Guy Marius Sagna à la ville de Dakar n’est que de la poudre aux yeux, un spectacle. Car, ajoute notre interlocuteur, le décret n° 2020-30 du 08 janvier 2020 fixant les organigrammes-types des collectivités territoriales ne prévoit pas ces postes dans l’organigramme du cabinet du maire de la Ville.

Une chose que n’ignore sans doute pas Barthélémy Dias, puisque le 18 février dernier, Oumar Guèye avait adressé une lettre circulaire aux Collectivités territoriales pour les inviter à appliquer ce décret. Ledit décret, en son article 9, précise que « le Cabinet du Maire de la ville ou de la commune chef-lieu de région comprend : un Directeur de Cabinet, une Inspection des services municipaux, un Assistant du maire, un Chargé de Communication et des Relations publiques ».

Le texte indique également qu’« outre le Cabinet du Maire, l’administration de la ville et de la commune chef-lieu de région comprend le Secrétariat général et les directions suivantes : la Direction des Finances et de la Comptabilité, la Direction des Ressources humaines, la Direction des Services techniques, la Direction de la Planification et des Compétences transférées ».

Autrement dit, les postes de « conseiller technique en charge de la sécurité urbaine » et de « conseiller technique chargé des affaires sociales et de la réinsertion », selon la loi, n’existent pas dans l’organigramme de la Ville de Dakar.

Par conséquent, Barthélémy Dias peut octroyer des bureaux et des salaires à l’ex-capitaine de la gendarmerie et à l’activiste, mais ces derniers n’auront jamais de contrats en bonne et due forme signés avec la Ville de Dakar et validé par l’Inspection du Travail.

Nos sources renseignent aussi que l’inspection du travail ne va jamais valider leurs contrats, car aucun inspecteur du travail ne va accepter d’apposer sa signature sur les documents.

En définitive, déclare notre source avec certitude, « aucun payeur n’acceptera de payer leurs salaires parce que leurs contrats ne sont pas valables aux yeux de la loi, car n’étant pas visés par l’inspection du travail ».

El Hadji Fallilou FALL

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 130

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *