Dakar-Echo

Le discours

Le discours

Ainsi donc, le Chef ne fera pas face à « sa » presse dans la soirée de ce vendredi 31 décembre 2021, marquant la fin d’une année si morose.

Même si notre pays garde intacte sa belle identité avec ses élégantes femmes que l’on n’échangerait contre aucune autre au monde, elles ont été moins canailles qu’en 2020.

Et ce même si, pour le c… d’une fripouille, le pays a failli plonger dans le chaos. Et puis, qu’est-ce qu’il aura bien à lui dire, le Chef, à « sa » presse locale qu’il n’ait déjà dit à celle française si chouchoutée sous nos cieux.

Qui sait, un impertinent journaliste pourrait lui demander ce qu’il pense du savoureux «Teuyeukh » de son authentique épouse sénégalaise.

Et, par ricochet, comment se passent les soirées au palais de l’avenue du Père « Seng » et à Mermoz. Bon, redevenons plus sérieux pour ne pas pousser l’affront jusqu’à zieuter par le trou de la serrure.

Il a bien raison, le Chef, de ne pas s’adresser à cette presse que des internautes, qui ne lisent jamais l’intérieur des journaux, ont tendance à massacrer à longueur de journée sur la Toile.

Il a bien raison donc de s’occuper de choses beaucoup plus sérieuses que de tailler bavette avec des journalistes qui chercheront à faire le « Buzz ».

Qui lui rappelleront le dépeçage de nos sociétés publiques, jusqu’au cœur de l’Administration où des salauds se tapent des milliards sans qu’on l’entende, lui, le Chef.

Des journalistes qui auraient sans doute eu l’insolence de l’interroger sur l’opportunité d’un Train Express Régional pendant que son peuple crève de faim.

Et que des bambins s’entassent dans des abris provisoires, assis sur des nattes avec des briques en guise de tables. Qui sait ? Un journaliste infiltré pourrait encore l’interpeller à propos de ces hôpitaux inaugurés et non encore fonctionnels.

Il ne voudra pas non plus qu’on lui parle de troisième mandat. Ça pourrait le rendre plus irascible lui qui est déjà si « Niangal ». Bref des questions qui fâchent qui le mettraient mal à l’aise.

Mais, comme on l’a dit, il ne courait pas grand- risque de se vouloir mis mal à l’aise avec « sa » presse. 

Articles similaires

Laisser un commentaire