Dakar-Echo

Gloire à Pierre Goudiaby Atepa « le bâtisseur » – Par Boubacar Sadio

Gloire à Pierre Goudiaby Atepa « le bâtisseur » – Par Boubacar Sadio

« L’ethnicisation comme élément paradigmatique de gouvernance est le propre d’un minus habens. »

Un modeste et piètre ingénieur qui n’a rien inventé ni produit de concret, qui n’a effectué aucune recherche innovante, s’est permis, avec une arrogance et une désinvolture qui sont les marques génétiques de son idiosyncrasie, de s’en prendre à toute une région à travers un de ses plus valeureux, dignes, brillants et illustres fils, en l’occurrence, Pierre Goudiaby Atepa qu’il a agoni de violentes philippiques, exprimant une rage incompressible vis-à-vis d’un citoyen dont les œuvres sont appréciées partout dans le monde. Ce citoyen, traité de vulgaire escroc, a le grand tort d’être casamançais, donc d’être originaire d’une région qui, depuis un certain temps, fait l’objet d’une stigmatisation de mauvais aloi, déshonorante, honteuse, indécente et abjecte.

La région de la verte Casamance qui subit un ostracisme injustifié, semble être le souffre-douleur de certaines autorités de la république qui nourrissent une véritable aversion à l’encontre de ses ressortissants; une région généreusement dotée par la nature et qui, normalement et objectivement, aurait du et pu être le grenier de l’Afrique comme l’avait dit le vieux sage de Yamoussoukro, Houphouët Boigny dont certaines des prédictions sont en train de se réaliser sous nos yeux. Ainsi, cet ingénieur, d’une très faible densité intellectuelle, d’une culture générale très limitée et d’une basse extraction sociale selon certaines personnes, irascible et intolérant, a eu l’impertinence d’insinuer que la Casamance n’a pas de cadres.

Personnellement, répondant pro domo sua, je puis dire que je ne suis guère concerné. Je suis cadre supérieur des forces de défense et de sécurité dont voici le modeste parcours. J’ai eu l’entée en sixième en 1966 à l’école des Lions aux HLM, le Bepc d’office en 1971 au lycée Blaise Diagne, le Bac série A4 en 1974 avec mention bien et classé premier du jury. Et c’est sur la base de ces excellents résultats scolaires que j’ai bénéficié d’une bourse du Fonds d’aide et de coopération pour les classes préparatoires au lycée Henri IV de Paris.

Je m’étais aussi inscrit à la Sorbonne, Paris 4. Au concours d’entrée à l’école de police tout comme à la sortie, j’ai eu la mention bien. La république m’a reconnu comme cadre supérieur des forces de défense et de sécurité, notamment dans la police nationale où j’ai fait valoir mes droits à une pension de retraite après de bons et loyaux services.

Personne ne peut, quel que soit son degré de colère ou la profondeur de son animosité, me contester mon statut de cadre. Et il est bon de savoir, à moins d’être méchant, de mauvaise foi ou dans le déni de la réalité, des cadres de mon niveau ou de niveau supérieur, la Casamance en regorge, ils sont légion. Donc, affirmer ou suggérer, avec un ton à la fois méprisant et condescendant que la Casamance n’a pas de cadres, est pure vue de l’esprit, l’expression d’un sentiment de rejet voire de haine vis-à-vis d’une masse importante de populations courageuses, travailleuses, honnêtes, loyales qui n’auront jamais de cesse de réclamer voire de revendiquer leur totale et entière appartenance à la nation sénégalaise riche de ses diversités géographiques, ethniques, religieuses et culturelles.

Monsieur Pierre Goudiaby Atepa est un digne et illustre fils du Sénégal qui a œuvré pour le rayonnement de son pays dans le concert des nations. IL a été un excellent ambassadeur qui mérite, non pas des diatribes et critiques fielleuses, mais plutôt des félicitations et une forte reconnaissance de ses mérites par les autorités sénégalaises. C’est un homme qui a une ambition salutaire pour son cher Sénégal, il a une grande vision qui peut apporter des transformations structurelles innovantes dans le domaine des infrastructures où l’on semble souffrir d’un pilotage à vue des autorités actuelles.

Le grand mérite de Pierre Atepa, c’est d’avoir compté sur ses propres moyens et ses compétences professionnelles pour se forger une réputation qui, évidemment, lui a facilité l’accès à certains financements. Contrairement à nos fonctionnaires milliardaires qui ont mis à profit leurs différentes stations publiques pour s’en mettre plein les poches, Pierre Atepa a d’abord mis à contribution ses connaissances, son ingéniosité et son acharnement au travail pour asseoir sa réputation; demain il ne fera partie de ceux qui seront interpellés par la justice sur la provenance de leur faramineuse richesse. Certaines réussites suscitent des jalousies longtemps comprimées, qui finissent toujours par s’extérioriser; la perspective de perdre privilèges, avantages, faveurs et honneurs peut rendre aigri.

Dans le cadre du conflit casamançais, il s’est beaucoup investi en jouant à merveille un rôle de régulateur et de modérateur pour une solution pacifique durable. Le connaissant comme d’une grande civilité, obligeant et surtout respectueux de certaines valeurs morales, institutionnelles et sociétales, je lui demanderai de pas répondre aux petites gens et de comprendre la souffrance psychologique et la douleur morale qui étrillent certains. Dieu sait qu’il en sait énormément, mais il est d’une noblesse d’esprit et d’une grandeur qui l’empêcheront d’alimenter une polémique de caniveaux.

Monsieur Pierre Goudiaby Atepa n’est du même niveau que ce monsieur qui a fait, en 2015, cette déclaration stupéfiante, « Je peux pardonner la faiblesse de ceux à qui il arrive de profiter de cératines situations. Leur cupidité et leur incapacité à résister aux tentations expliquent leurs mensonges et leurs trahisons; à ceux-là je peux pardonner. »

Cette attaque voire cette agression contre Pierre Goudiaby Atepa doit être une opportunité pour tous les cadres de la Casamance, toutes origines et obédiences confondues, de faire l’union sacrée autour d’une exigence, le respect que l’on doit à leur région et à leurs populations.

Commissaire divisionnaire de police de classe exceptionnelle à la retraite.

Articles similaires

Laisser un commentaire