Dakar-Echo

Démarrage de la campagne pour les élections locales au Sénégal: quinze jours pour convaincre

Démarrage de la campagne pour les élections locales au Sénégal: quinze jours pour convaincre

Le scrutin, plusieurs fois reporté et prévu pour le 23 janvier, est le premier depuis la réélection de Macky Sall en 2019. Les mandats des maires des 557 communes et des conseillers départementaux, en place depuis 2014, seront remis en jeu.

La campagne s’ouvre sur fond de nette hausse des cas de Covid. Sera-t-elle perturbée par la quatrième vague ? Pas d’indication en ce sens à ce stade.

De fait, sur le terrain, la campagne avait déjà débuté ces dernières semaines dans de nombreuses localités. Meetings, rassemblements, porte-à-porte, les candidats ont encore deux semaines pour convaincre. Les maires seront élus – et c’est une nouveauté –, au suffrage universel.

La bataille de Dakar
Principal enjeu : la mairie de Dakar, aujourd’hui contrôlée par l’opposition. C’est LA bataille capitale. La majorité compte sur Abdoulaye Diouf Sarr, ministre de la Santé. En face, pas moins de six candidats, dont Barthélémy Dias pour Yewwi Askan Wi, la coalition menée par Khalifa Sall et Ousmane Sonko. Quant à la coalition Wallu Sénégal autour du PDS, elle a choisi Doudou Wade.

La banlieue de Dakar, gros réservoir d’électeurs, est un enjeu majeur pour les différentes coalitions. À Guédiawaye, qui compte près de 400 000 habitants et cinq communes, la mairie est dirigée par Aliou Sall, le petit frère du chef de l’État, candidat à sa réélection. Parmi les priorités des électeurs : emploi, mobilité et bonne gouvernance.

Soupçonné de corruption dans l’attribution de contrats pétroliers et gaziers en 2019, Aliou Sall avait finalement été disculpé par la justice sénégalaise fin 2020.

Élections locales, test national
Ousmane Sonko est de son côté candidat à la mairie de Ziguinchor. Le président du parti Pastef a déjà fait grand bruit proposant une monnaie locale en Casamance. Le jeu s’annonce ouvert aussi à Saint-Louis, où le maire sortant – par ailleurs beau-frère du président –, Mansour Faye, devra faire face à l’ancien ministre Mary Teuw Niane, issu du même parti.

Ces élections locales permettront d’actualiser le rapport de force politique au Sénégal et auront valeur de test national, pour la majorité comme pour l’opposition. Ce sera une première étape avant les législatives annoncées pour le mois de juin.

Les résultats seront-ils déterminants pour trancher le débat sur une éventuelle candidature de Macky Sall à un troisième mandat, comme l’a laissé entendre son directeur de cabinet, Mahmoud Saleh ? « Cela n’a aucun lien », a répondu le chef de l’État le mois dernier dans son itw à RFI et France 24 le 8 décembre, parlant d’une « grosse maladresse ».

Charlotte Idrac

Articles similaires

Laisser un commentaire