Arabie SaouditeDroits de l'homme

Manahel al-Otaibi condamnée en Arabie Saoudite à onze ans de prison pour port de « vêtements indécents »

« Vêtements indécents » : une militante saoudienne des droits des femmes condamnée à onze ans de prison
Les charges retenues contre Manahel al-Otaibi concernaient ses choix vestimentaires et l’expression de ses opinions en ligne.

Une nouvelle preuve que l’Arabie saoudite est très en retard concernant le droit des femmes. Manahel al-Otaibi, une militante pour les droits des femmes détenue dans le pays depuis plus de deux ans, a été condamnée à 11 ans de prison pour des accusations liées au « terrorisme », ont dénoncé mardi deux ONG de défense des droits humains.

Selon Amnesty International et ALQST, la jeune femme de 29 ans a été condamnée le 9 janvier dernier à 11 ans de prison, lors d’une « audience secrète ». Le verdict a été révélé des semaines plus tard, « dans la réponse officielle du gouvernement saoudien à une demande d’informations formulée par des rapporteurs spéciaux des Nations unies sur son cas », ont indiqué les deux ONG dans un communiqué conjoint.

« Les charges retenues contre elle concernaient uniquement son choix vestimentaire et l’expression de ses opinions en ligne, notamment le fait d’avoir appelé sur les réseaux sociaux à mettre fin au système de tutelle masculine en Arabie saoudite », selon le texte.

Amnesty avait dénoncé sa « disparition forcée »
Elle était poursuivie aussi « pour avoir publié des vidéos d’elle portant des vêtements indécents et s’être rendue dans des magasins sans l’abaya », cette longue robe traditionnelle couvrant le corps.

La réponse saoudienne à l’ONU, datée du 24 janvier et consultée mardi par l’AFP, affirme que Manahel al-Otaibi « a été condamnée pour des infractions terroristes sans aucun rapport avec l’exercice de sa liberté d’opinion et d’expression ou avec ses publications sur les réseaux sociaux ». Le document ne fournit pas de détails sur les « infractions terroristes » mentionnées. Sollicité par l’AFP, le gouvernement saoudien n’était pas en mesure de commenter dans l’immédiat.

Amnesty avait dénoncé en février la « disparition forcée » de la jeune femme qui avait selon l’ONG perdu contact avec sa famille entre novembre de l’année dernière et la mi-avril.

Sa sœur fait « face à des accusations similaires »
Sa sœur aînée, Foz al-Otaibi, suivie par 2,5 millions de personnes sur le réseau social Snapchat, « fait face à des accusations similaires, mais a fui l’Arabie saoudite de peur d’être arrêtée après avoir été convoquée pour un interrogatoire en 2022 », a-t-on ajouté. Elle a indiqué mardi à l’AFP que sa famille n’avait appris la condamnation de Manahel à 11 ans de prison que par le biais de la réponse saoudienne à l’ONU. « Je suis très choquée », a-t-elle déclaré.

« Les autorités saoudiennes doivent libérer immédiatement et sans condition Manahel al-Otaibi et toutes les personnes actuellement détenues dans le royaume pour avoir exercé pacifiquement leurs droits humains », a déclaré Lina al-Hathloul, responsable à ALQST.

L’Arabie saoudite est depuis longtemps associée à la répression des femmes. Si plusieurs restrictions, comme l’interdiction de conduire et l’obligation de porter une abaya, ont été levées ces dernières années, les défenseurs des droits de l’homme affirment qu’une loi sur le statut personnel entrée en vigueur en 2022 reste discriminatoire à l’égard des femmes.

Pourtant, l’Arabie saoudite a récemment été choisie pour présider la 69e Commission de la condition de la femme aux Nations unies, censée œuvrer pour les droits des femmes et l’égalité des sexes dans le monde.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 17

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *