ClimatTempératureVietnam

Plus de 100 records de température au Vietnam, écrasé par une vague de chaleur meurtrière avec 44°C

Plus de 100 records de température sont tombés au Vietnam en avril, selon les données officielles du service météorologique local, tandis qu’une vague de chaleur meurtrière frappe l’Asie du Sud et du Sud-Est.

Ces dernières semaines, une chaleur extrême a enveloppé l’Asie, de l’Inde aux Philippines, provoquant des décès par insolation et des fermetures d’écoles.

Le changement climatique induit par l’homme entraînera des canicules plus fréquentes, plus longues et plus intenses, avertissent régulièrement les scientifiques.

Le Vietnam a connu trois vagues de forte chaleur en avril, selon les données publiées vendredi par le Centre national de prévision hydrométéorologique, le mercure atteignant 44°C dans deux villes en début de semaine.

Ce chiffre est à peine inférieur à la température la plus élevée jamais enregistrée au Vietnam, à savoir 44,2°C le 7 mai 2023.

Au total, 102 stations météorologiques ont enregistré des records en avril, le nord et le centre du Vietnam ayant été les plus touchés par la canicule, avec des températures en moyenne supérieures de 2 à 4°C à celles de la même période l’an dernier.

Sept stations ont enregistré mardi des températures dépassant 43°C.

Centaines de milliers de poissons morts
Le signe le plus spectaculaire des conditions météorologiques extrêmes qui frappent le Vietnam est apparu dans la province méridionale de Dong Nai, où des centaines de milliers de poissons sont morts dans un réservoir.

Des images ont montré des habitants en train de patauger et de naviguer dans le réservoir de Song May, d’une superficie de 300 hectares, l’eau étant à peine visible sous une nappe de poissons morts.

Cette mortalité massive a été attribuée au manque d’eau causé par la canicule et à une mauvaise gestion.

L’agence météorologique vietnamienne prévoit de nouvelles vagues de chaleurs en mai, avec des températures supérieures de 1,5 à 2,5°C à celles des années précédentes.

Alors que les mois d’avril et de mai sont habituellement les plus chauds de l’année en Asie du Sud-Est, les experts estiment que le phénomène El Niño rend la chaleur de cette année particulièrement intense.

Le Bangladesh et la Birmanie ont aussi connu des records de température en avril, les coups de chaleur ont tué au moins 30 personnes en Thaïlande depuis le début de l’année et les températures élevées ont été en partie responsables d’une explosion mortelle dans un dépôt de munitions cambodgien.

Aux Philippines, des évêques catholiques exhortent les fidèles à prier pour la pluie et la baisse des températures, après que la canicule a contraint le gouvernement à fermer des dizaines de milliers d’écoles.

La mégapole indienne de Calcutta, dans l’est du pays, a souffert d’une chaleur accablante, atteignant 43°C pendant la journée d’avril la plus chaude depuis 1954.

Même le Népal, pays montagneux, a été touché, le gouvernement ayant émis des avertissements sanitaires fin mai et les pompiers luttant contre des incendies de forêt d’une ampleur inhabituelle.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 14

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *