Dakar-Echo

Ahmed Naser al-Raisi, le candidat du Golfe pour la présidence d’Interpol visé par plusieurs plaintes

Ahmed Naser al-Raisi, le candidat du Golfe pour la présidence d’Interpol visé par plusieurs plaintes

Ahmed Naser al-Raisi, l’Émirati favori pour la présidence de l’organisation internationale, est visé par plusieurs plaintes pour atteintes aux droits de l’homme.

Quarante ans de service, autant de médailles sur la poitrine que de diplômes (anglais et américains) à son CV, un sourire avenant. Le général émirati Ahmed Naser al-Raisi possède la panoplie pour présider Interpol, organisation internationale où coopèrent les polices criminelles de 194 pays.

Le sien, l’autoritaire Fédération des Émirats Arabes Unis, se vante d’être « l’un des plus sûrs du monde ». C’est aussi un très gros contributeur au budget d’Interpol, par le truchement d’une fondation suisse.

Autant le dire, depuis qu’il s’est porté candidat, Raisi fait figure de favori. Il était d’ailleurs seul en lice jusqu’à ce qu’une rivale tchèque, Sarka Hadrankova, se déclare. Mais voilà : alors que l’assemblée générale de l’organisation débute, ce mardi novembre , à Istanbul (Turquie), l’affaire ne semble plus tout à fait dans le sac.

Le flic du Golfe est visé à Paris et Lyon, siège d’Interpol, par plusieurs plaintes récentes pour torture et atteintes aux droits de l’homme. Dont celle déposée par les défenseurs d’Ahmed Mansoor, ingénieur, poète et militant des droits détenu depuis 2017 aux EAU dans 4 m2 pour « atteinte à la réputation de l’État ».

Ou celle de Matthew Hedges, doctorant britannique condamné à perpétuité pour espionnage, en 2018, après des aveux extorqués sous l’emprise de psychotropes – et finalement expulsé après sept mois de calvaire.

Pour 19 ONG internationales, qui ont lancé un appel commun, et nombre de parlementaires européens, l’élection de Raisi serait une tache sur Interpol. Car au poste d’inspecteur général du ministère émirati de l’Intérieur, qu’il occupe depuis six ans, il ne pouvait rien ignorer d’abus systématiques, sur lesquels il n’a dirigé aucune enquête.

Articles similaires

Laisser un commentaire