Dakar-Echo

Aux Emirats, la tradition des combats de taureaux loin des gratte-ciel

Aux Emirats, la tradition des combats de taureaux loin des gratte-ciel

Loin des gratte-ciel de Dubaï et des courses de chameaux dans le désert, la tradition des combats de taureaux se perpétue depuis des décennies à Fujairah, une coutume méconnue des Emirats arabes unis, dénoncée par des ONG.

« Regardez comme ils se battent », s’écrie le commentateur lors d’un combat dans le village d’Al Qurayyah (nord-est). Tête contre tête, deux taureaux chargent, entourés chacun de trois ou quatre « assistants » prêts à intervenir en tirant une corde, attachée à leur cou ou à une patte.

Le combat dure une à deux minutes, d’autres suivent pendant plus d’une heure. Quand certains taureaux se rapprochent dangereusement du public, des personnes quittent précipitamment leurs chaises.

Quelque 200 spectateurs sont au rendez-vous, les hommes assis autour de l’arène, les femmes majoritairement restées à l’abri dans les voitures stationnées juste derrière, les enfants juchés sur les toits de 4X4 et pick-up.

Des camions chargés de bovins ont convergé de toute la région. Le silence a laissé place aux beuglements d’une cinquantaine de taureaux dispersés autour de l’arène, large terrain de terre battue coincé entre des montagnes rocailleuses et les eaux du Golfe d’Oman.

Dans une ferme proche, Issa explique la tradition. Il retrousse une manche de sa kandoura, robe traditionnelle portée par les hommes, pour plonger le bras dans une gigantesque marmite, brassant un mélange bouilli de blé, dates, herbes et poisson.

« C’est ce qui donne leur force aux taureaux », assure tout sourire cet Emirati de 34 ans, dans la ferme familiale où il aide son père « depuis tout petit ».

« Divertissement »
Comme il l’a appris, Issa prépare avec l’aide de six employés une partie des 17 taureaux de la ferme aux combats hebdomadaires entre bovins, après la grande prière musulmane du vendredi.

« Nous allons voir les animaux et nous regardons s’ils vont bien (…) On prend leur température, puis on les nourrit ».

Contrairement à la tauromachie populaire dans des pays comme l’Espagne et le Mexique, où les taureaux sont généralement tués par des matadors, à Fujairah deux bêtes à cornes s’affrontent avec des conséquences bien moins fatales.

Des ONG critiquent néanmoins ces combats, à l’image du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW): « l’Histoire est marquée de mauvaises traditions, ce n’est pas pour cela qu’il faut continuer de les suivre », déclare à l’AFP Elsayed Mohamed, directeur régional de l’ONG.

Mais Issa et sa famille tiennent à perpétuer cette tradition et assurent la pérennité de leur élevage en accouplant les taureaux avec des vaches locales.

« Si on voit un taureau qui nous plaît, on peut l’acheter aussi », précise Khatam, l’oncle d’Issa. Le prix va de 1.000 à 1.500 euros pour un taureau de quelques mois, et il grimpe pour un adulte, souligne-t-il, se remémorant son « très brave Golden », acheté quelque 9.500 euros.

Autrefois importés d’Asie, notamment d’Inde et du Pakistan, les taureaux étaient utilisés dans la région pour les travaux agricoles mais l’arrivée des nouvelles technologies a rendu leur rôle obsolète.

« Nous avons eu l’idée d’organiser des combats de taureaux et d’en faire un divertissement, un moment de rassemblement. C’est une tradition qui se transmet de père en fils depuis des décennies », explique Issa, qui dit l’inculquer à ses six enfants.

« Le taureau qui gagne est celui qui montre le plus de courage et ne fuit pas », explique Issa. Les propriétaires n’obtiennent pas de prix, selon lui.

TikTok et Instagram
A Abou Dhabi et Dubaï, autres émirats du pays, les courses de chameaux sont populaires, « mais ici ce sont les combats de taureaux » observe Majid, un Emirati de 36 ans, dont le bovin a terminé à égalité avec son adversaire.

« Ce sport est une tradition ancienne », populaire de Fujairah jusqu’aux environs de Mascate, la capitale du sultanat d’Oman voisin, explique Mohammed al-Souraidi, un autre spectateur.

Mais la réputation des combats à Fujairah va désormais au-delà grâce aux réseaux sociaux, assure Issa, dont les neveux diffusent en direct les combats sur Instagram et TikTok.

Dans le public, l’Allemand Gunter Beelitz et sa femme sont les seuls touristes présents à ces combats qu’ils ont découvert dans un « guide touristique alternatif »: « C’est inhabituel pour nous. Et ce n’est pas comme les combats à mort des corridas espagnoles, là c’est juste un combat entre deux taureaux », estime Gunter qui travaille dans le domaine du théâtre.

L’absence de « combats sanglants » ne peut toutefois justifier cette pratique pour Elsayed Mohamed: « Même si certaines précautions sont prises, les taureaux peuvent toujours être blessés ».

Articles similaires

Laisser un commentaire