Dakar-Echo

Vladimir Poutine assure ne pas vouloir « reconstituer un empire »

Vladimir Poutine assure ne pas vouloir « reconstituer un empire »

Le président russe Vladimir Poutine a affirmé mardi ne pas avoir l’intention de reconstituer un empire, au lendemain de la reconnaissance des séparatistes prorusses en Ukraine et d’un discours niant la légitimité de l’Etat ukrainien.

« Nous avions prévu qu’il y aurait des spéculations comme quoi la Russie s’apprête à reconstituer un empire », a-t-il dit lors d’une rencontre au Kremlin avec son homologue azerbaïdjanais Ilham Aliev, et « ce n’est absolument pas la réalité ».

Les députés russes approuvent l’accord de Poutine avec les séparatistes prorusses d’Ukraine
Le Parlement russe a approuvé mardi au pas de charge l’accord signé par Vladimir Poutine prévoyant que la Russie défende les territoires séparatistes d’Ukraine, dont Moscou a reconnu l’indépendance la veille.

« La reconnaissance de l’indépendance des républiques populaires de Donetsk et Lougansk et la ratification des accords d’amitié, de coopération et d’entraide doivent mettre fin au conflit, à la mort de nos concitoyens vivant là-bas », a dit dans un communiqué le président de la chambre basse (Douma), Viatcheslav Volodine.

Les députés ont approuvé les deux textes à l’unanimité des votants, soit 400 « oui » pour le premier et 399 pour le second, un député n’ayant pas appuyé sur le bouton à temps.

Puis, les élus de la chambre haute, le Conseil de la fédération, leur ont emboîté le pas dans l’après-midi, approuvant les textes à l’unanimité des 154 et 155 votes exprimés.

Ces accords d’entraide avec ces deux entités séparatistes qui, avec le soutien de la Russie, combattent les forces armées ukrainiennes depuis huit ans, sont valables une décennie.

Ils organisent la coopération avec Moscou dans les domaines de la défense et du secteur économique et financier.

Les textes, publiés sur le site de la Douma, prévoient que les parties vont assurer leur défense, partager des bases militaires et protéger leurs frontières en commun.

Les accords créent « le fondement juridique pour la présence » dans ces territoires « des unités militaires russes nécessaires au maintien de la paix dans la région et pour assurer une sécurité durable des parties », selon une note explicative accompagnant ces textes.

Ces documents « fixent les obligations des parties pour assurer une assistance mutuelle si l’une des parties est la cible d’une attaque », et « prévoient la protection en commun » des frontières.

Articles similaires

Laisser un commentaire