Dakar-Echo

Une république française communautarisante ! Par Emmanuel Desfourneaux

Une république française communautarisante ! Par Emmanuel Desfourneaux

J’observe 3 phénomènes en cours en France imputables à notre République :
– Une communautarisation volontaire contre les populations d’ascendance africaine, instituée par la République,
– Une républicanisation des idées de Marine Le Pen,
– Une américanisation de la violence policière sur les populations noires.

La loi sur le séparatisme visait à défendre la République française contre toutes formes de séparatisme.
Etaient dans le viseur l’Islam et quelques associations noires.

Aujourd’hui, les évènements en France semblent apporter un nouvel éclairage tant à la loi sur le séparatisme qu’à la loi sur la sécurité globale.

La République française, en réalité, depuis les années 60, et même bien avant, communautarise ses minorités.

Comment expliquer que les banlieues soient constituées en grande majorité de populations issues de l’immigration ? Comment expliquer un nombre important de bavures policières à l’encontre de nos minorités ? Comment justifier les nombreuses discriminations à l’endroit de ces mêmes minorités dans leur vie quotidienne (emploi, recherche d’appartement…).

Plus grave, dans les collèges de banlieue, il y a une double communautarisation. D’un côté des élèves d’origine africaine et de l’autre côté une équipe pédagogique et administrative majoritairement « blanche ». Deux mondes se rencontrent, et ne se comprennent pas. La conséquence ? Des mauvais résultats au Brevet. Et une école républicaine à double vitesse.

Pour exemple, ma fille, l’année dernière, a été traitée de singe. Aucune réaction de la part du Collège ! Ces établissements ne sont formés à rien. A chaque fois qu’il y a un acte raciste, on tourne la page. On le met sur le dos d’une petite minorité. Non, le problème est beaucoup plus structurel et sérieux.

Emmanuel Macron demande des propositions pour regagner la confiance entre la Police et le Peuple français.

Je lui propose de généraliser les caméras-piétons avant le 31 juillet 2021. Il y a urgence.

Je lui propose d’interdire les crânes presque rasés dans la police. Voir un commissaire syndiqué dans ce style sur une chaîne de TV en continu me laisse perplexe. Cela nous renvoie à l’extrême droite !

Il faudrait aussi interdire le tutoiement. Dans la vidéo, les jeunes s’adressent aux policiers par : « Monsieur ». Un policier, à l’inverse, fait preuve de vulgarité.

Il faut aussi étendre le principe de complicité à toutes les forces de police présentes sur le lieu d’une violence policière : dans la vidéo, des policiers sont passifs. Ils doivent être poursuivis aussi avec les mêmes sanctions. Il faut inciter à ce que les policiers réagissent eux-mêmes lorsqu’il y a manifestement des illégalités commises en réunion par leurs collègues.

A chaque violence policière, il faut aussi se retourner vers la hiérarchie. Une faute policière engage celle-ci. Le Préfet de Police de Paris Didier Lallemand doit être renvoyé. Ce serait un message politique fort envoyé à tous ceux qui aspirent à des responsabilités au sein des forces de l’ordre républicaines.

Maintenant, ne nous voilons pas la face ! Le problème est plus profond :
1) La pénétration des idées d’extrême-droite au sein de l’administration française. Des gouvernements à l’école, en passant par la Police nationale. Ce n’est pas un hasard si une majorité des policiers avaient voté pour la candidate Marine Le Pen. On assiste à une républicanisation des thèses du Rassemblement national.

2) L’absence de reconnaître les crimes de la France. Ce pays, à l’opposé d’autres pays comme l’Allemagne, ne regarde pas son passé avec objectivité. Les mentalités perdurent, avec leur lot de stigmatisation, de préjugés et de racisme : la vie d’un noir ne compte pas pour beaucoup ! Le cri de singe ne pose guère de problème pour beaucoup de français, y compris dans le collège de ma fille !

La France est bien sur le déclin. Emmanuel Macron n’y changera rien. Les images des violences tournent en boucle dans le monde entier. Nous avions déjà perdu de notre crédit international avec les caricatures. Voilà que ces violences policières nous rapprochent des Etats-unis d’Amérique !

J’ai mal à ma France ! Et, sans faire dans le défaitisme, l’avenir semble sombre.

De façon générale, il manque une forte mixité. Peut-être est-ce la seule voie de salut pour la France !

Articles similaires

Laisser un commentaire