Chronique

Vous avez dit dialogue politique?

Le dialogue politique, c’est l’actualité de ce charmant pays où les politiques veulent se parler pour, disent-ils, extrapoler sur les raisons de la crise qui plombe ce pays des mille et une contradictions.

Cependant, on pourrait bien se demander si ces discussions permettront aux pauvres « Gorgorlu » que nous sommes de mieux vivre et voir, enfin, la queue du diable que nous cherchons désespérément à tirer.

Bien entendu, les voraces se retrouveront autour d’une table et peut-être, plus tard, se partageront des privilèges qui les rendront plus riches sans pour autant que le pays s’en porte mieux.

Car c’est cela leur véritable raison de vivre et d’exister. Ça a toujours été ainsi depuis que celui qui préside aux destinées de ce pays était en culottes courtes voire jeune lycéen.

Et pour son dialogue, il n’est pas allé loin. Il est allé sortir de sa retraite une vieille figure politique. Oh, comme il aime s’entourer de vestiges !

Mais plutôt qu’un dialogue politique, ce pays a besoin d’un véritable « Ndeup » national pour soigner ses habitants qui semblent être atteints de démence.

Voilà un beau peuple connu par sa cohésion sociale, son sens de l’accueil décliné sous le vocable de « Teranga », sa joie de vivre, la beauté de ses femmes, leur art de la séduction.

Bref, un pays riche de ses multiples ethnies et de leur commune volonté de vivre en commun. Mais depuis quelque temps, tout semble foutre le camp.

Et ça a tristement commencé avec notre jeune président né après les indépendances dont des collaborateurs ont pendant longtemps brandi un discours ethniciste sans qu’il ne prenne les devants pour les rappeler à l’ordre.

S’en réjouissant même et feignant n’avoir rien vu ni entendu. Une véritable poudrière qui risque d’exploser à tout moment.

Bref, nous jouons à nous faire peur.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 48

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *