Chronique

Tout bas !

Nous devons vraiment cesser de nous lamenter, de pleurnicher comme des mômes ou encore geindre comme des parturientes.

Pourquoi donc toute cette grisaille dans un si beau pays où tout est impeccable ? Tout marche à tel point que nous n’avons plus besoin d’une opposition.

Tout est nickel et les clignotants au vert si bien qu’on s’endette, s’endette sans retenue.

Croyez-nous, ce pays n’a jamais été aussi prospère que depuis que le Timonier Sall dirige la barque qui nous mène avec assurance vers l’émergence si désirée par le Père Léo qui rêvait de faire de Dakar un Paris en miniature.

Juste que la capitale ressemble aujourd’hui à une vieille rombière. Le monde rural qui était dans le spleen, renait grâce aux actions déployées par le pouvoir.

La vie est tellement belle dans nos campagnes que les bienheureux ruraux désertent souvent leurs terroirs pour venir chercher meilleur fortune ou sort, errant comme des gueux à la recherche de la pitance.

Ce même si au sein de l’élite au pouvoir, on pense que les retombées de la croissance sont en train d’être redistribuées dans le monde rural. Nos paysans sont si heureux qu’ils ne cessent de crier famine.

Mais faut pas les croire, c’est juste pour apeurer le pouvoir afin de recevoir plus. Dans ces mêmes coins reculés du pays, on y enchaine encore de pauvres mômes.

Il existerait même une loi contre la maltraitance des enfants mais qui ne s’appliquerait qu’aux pauvres citadins.

Il a fallu que l’autorité religieuse lève la voix pour que la République tremble au plus haut niveau. Croyez-nous, ces jours -ci tous les chemins mèneront à Touba. Mais dites-le tout bas !

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 48

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *