Chronique

La baguette

Le Gouvernement a donc réussi à satisfaire la Fédération nationale des boulangers du Sénégal en pro- cédant à une baisse du prix du sac de farine.

Des émeutes du pain ont été certainement évitées, nul ne pouvant présager de la conduite de ce bon et gentil peuple de « Goorgolu » devant le manque de « mbourou ».

Surtout si on ajoute à cela la colère des gargotiers et autres tenanciers de « tanganas » qui commençaient à vivre l’enfer.

Les boulangers qui ont l’art de nous enfariner peuvent continuer à s’enrichir sur le dos du consommateur. Puisqu’il n’y a pas pires escrocs que ces messieurs qui ont l’habitude de prendre en otage les clients.

Parce que cette baguette qu’ils nous vendent est loin d’avoir son poids indiqué. Depuis plus d’une décennie, ils s’enrichissent avec les baguettes et d’autres produits qu’ils nous fourguent dans des conditions hygiéniques douteuses.

Les agents du service d’hygiène ne faisant que passer pour arrondir leurs fins du mois, les boutiquiers s’en donnent donc à cœur joie.

Le consommateur peut crever comme ces jeunes qui abrègent leur vie avec l’alcool dit « Jakarta » et dont l’usine qui le conditionne est connue des autorités.

Tant pis pour cette jeunesse ! Tant pis également pour tous ces employés des boulangeries, exploités et qui travaillent dans des conditions désastreuses sans aucun respect de leurs droits !

C’est connu, dans certains combats, c’est toujours le patronat qui sort vainqueur.

En tout cas, l’Etat que ces fourniers ont pris au collet, ferait mieux de bien fouiner dans ce secteur dont les propriétaires mènent… à la baguette les consommateurs et leurs employés.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 48

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *