Chronique

Indigence

L’émergence, c’est aussi une santé publique performante à travers une bonne politique sanitaire et des hôpitaux aux plateaux techniques relevés. Sur ce plan, nous sommes bien loin des normes.

L’on nous apprend que le chef de service de la Médecine interne de l’hôpital Aristide Le Dantec, le professeur Abdoulaye Pouye, est gravement malade si bien qu’il a fallu que ses collègues s’investissent pour son évacuation. 

Ils avaient d’abord ouvert un compte avant que la Fondation de la Vice-Présidente de la République n’intervienne pour l’évacuation du praticien. Un fait pour le moins insolite.

Si on en arrive à des évacuations tous azimuts, c’est bien parce que nos hôpitaux sont eux aussi gravement malades. Ne pensez surtout pas que nos praticiens sont si limités pour ne pas pouvoir traiter certaines maladies sur place. C’est loin d’être le cas. Ils font partie des meilleurs dans leurs domaines.

Si nous en sommes arrivé à cette situation ubuesque d’hôpitaux eux-mêmes malades, c’est parce que notre système de santé est des plus moribonds avec un plateau médical indigne d’un pays qui aspire à l’Emergence.

Un pays dont le Chef investit dans des infrastructures coûteuses et improductives. Le TER qui a coûté 1.200 milliards FCFA nous aurait permis de régler ce sérieux problème qui hypothèque la vie des pauvres pendant que les riches et autres célébrités sont évacués aux frais de la Fondation de la Première Dame. Ou de l’Etat.

C’est bien beau d’avoir des infrastructures modernes, mais quand son peuple peine à se soigner…

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 49

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *