Chronique

Agresseurs

Ces jours derniers, quand j’ai appris l’information traitant de l’affaire de l’étudiant agresseur, j’ai été consterné. Je savais évidemment notre société très délitée dans certaines de ses zones mais pas au point de penser que notre université serait touchée si tôt.

Si tôt parce que, dans ce creuset du savoir, le commun des mortels pensait toujours que les méninges étaient plus sollicitées que les autres organes.

Inéluctablement je savais que ce phénomène se produirait un jour parce que, dans les établissements humains, rien ne devrait être surprenant ! Mais comme toujours il est utile de penser que des secteurs de la société, comme l’enseignement supérieur, seraient atteints en dernier lieu.

Parce que simplement l’étudiant de nos jours n’est plus cet être étincelant d’intelligence destiné à une grande carrière. Particulièrement, les étudiants sans bourses d’études.

Sans une aide conséquente ou même des appuis permanents, il sera très difficile de s’en sortir. Quand les meilleurs étaient sélectionnés pour poursuivre des études supérieures ici ou ailleurs, ils suscitaient notre admiration et notre respect.

Mais depuis que les Libéraux ont pris le pouvoir, on est habitué à voir des cohortes de bacheliers arpenter les allées de nos universités et d’autres qui s’expriment devant les médias avec un français d’anciens combattants.

Quand déjà de futurs cadres donnent des raisons de se méfier d’eux… Si le monde de l’Education a senti le besoin de créer des lycées d’excellence, cela révèle un besoin de sélection des meilleurs.

Ces jeunes bacheliers seront envoyés dans les meilleures écoles supérieures et les autres iront s’entasser dans les travées des amphis de nos universités trop démunies.

Quand des enseignants créent de nouvelles filières où on n’entre pas sans bourse délier, cela ne favorise pas les revenus modestes ou même les sans revenus.

Une sélection ne vaut que pour détecter les plus intelligents et non les plus riches ! Alors, chers étudiants, les difficultés ne manquent pas mais rien ne saurait excuser le choix d’agresser.

Parce qu’un agresseur est un meurtrier en puissance. Etre étudiant c’est un chemin de croix pour un grand nombre mais le choix et la foi sont si déterminants pour des lendemains qui chantent…

Articles Similaires

1 sur 45

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *