Chronique

Violence aveugle

C’est à désespérer de ce pays. Et, surtout, de celui qui le dirige. Son obsession jouissive à vouloir humilier ou à instaurer un rapport de force avec ses opposants relève assurément de la psychanalyse.

Le constat est que le pouvoir ne cherchait pas, hier, à juste interdire une marche. Son objectif était plutôt d’humilier des opposants.

L’arrestation musclée, bête et méchante de trois parmi les leaders de Yewwi Askan Wi ne s’expliquait pas. Voir l’opposant Malick Gackou à terre faisait de la peine.

Et suprême crétinisme, les coups servis à l’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall, qui n’a pourtant opposé aucune résistance. Les rapports Pouvoir/Opposition doivent être civilisés.

Offrir de telles images aussi dégradantes de notre pays, berceau de l’Afrique en Afrique, à l’Occident, constitue assurément un grand recul pour nous qui avons réussi deux alternances pacifiques.

Il faut que le Chef se départisse de cette rancune qu’il a chevillée au corps. L’arrestation des principaux leaders de l’opposition et candidats aux Locales de janvier constitue une balafre sur le visage de notre si vieille démocratie.

Moins de quarante-huit heures avant ce qui s’est passé hier dans la capitale, l’ancien ministre libéral Moustapha Guirassy avait connu le même sort à Kédougou.

Il avait été poursuivi et gazé jusqu’à la porte de son domicile par des policiers alors que les opposants de Dakar étaient obligés de se réfugier à l’intérieur d’un magasin pour fuir la furie policière.

Ce pays a plus besoin de paix que de sombrer dans une violence aveugle. Surtout à une période où les pays où le Chef faisait la manche pataugent dans leurs propres difficultés. Il faut également que les opposants apprennent à respecter les forces de l’ordre.

Cela faisait désordre de voir le candidat à la mairie de Dakar déverser des insanités sur ces gardiens de notre sécurité.

La journée d’hier fut tout simplement désespérante pour ce charmant pays dont le Chef a la propension de déclencher des combats inutiles là où notre peuple a surtout besoin de pain (qui a manqué cruellement ces derniers jours) mais aussi de paix et de liberté. Et surtout pas de matraques encore moins de lacrymogènes !

Articles Similaires

1 sur 45

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *