Chronique

Valse à contretemps !

Admirez donc la parfaite synchronie ! Le jour même où un record de contaminations était atteint dans notre pays faisant dire avec des trémolos dans la voix à la directrice générale de la santé, Dr Marie Khemesse Ngom Ndiaye, que « la maladie est en train de se propager de manière très grave dans le pays », c’est ce jour-là, donc, que le président de la république a choisi pour assouplir les mesures de confinement qu’il avait édictées ! Cherchez l’erreur…

Une fois de plus, Macky Sall a dansé à contretemps. Au moment où il décrétait l’état d’urgence sanitaire, le 16 mars dernier, le Sénégal ne comptait que 27 cas positifs dont 25 sous traitement et un seul mort.

Il décide de desserrer la vis le 11 mai 2020, le jour même où le pays bat un record de contaminations avec 177 cas positifs enregistrés en un seul jour et alors que la maladie a frappé 1886 personnes et en a tué 19 !

C’est ce qu’on appelle une décision illogique et inconséquente, en tout cas défiant le bon sens. Confiner vigoureusement alors que la pandémie est balbutiante et déconfiner alors qu’elle est en passe d’atteindre un pic, ça c’est du grand art et il fallait être Macky Sall pour le faire !

En fait, il est plus juste de penser que le président de la république a capitulé en rase campagne devant les menaces de chefs religieux dont certains d’ailleurs n’ont jamais respecté les mesures de confinement prises par l’Etat et son Chef.

Des religieux qui ne reconnaissent l’Etat que quand ils ont besoin d’évacuations sanitaires dans les pays de ces toubabs impies, ou lorsqu’il s’agit d’obtenir des passeports diplomatiques, des lettres de recommandations auprès des souverains du Golfe.

Ou encore pour tenir des Crd afin d’organiser leurs Magals et autres Gamous pour lesquels la présence d’un représentant du chef de l’Etat muni d’une grosse enveloppe remplie de billets de banque est requise !

Le même soutien de l’Etat est demandé quand il s’agit d’avoir des titres de voyage pour la Mecque ou encore… des titres fonciers !

Pour le reste, aucune décision de ce même Etat et de son Chef ne saurait être appliquée par lesdits guides religieux.

Lesquels ont donc menacé le président de la république de leurs foudres…et de leurs chapelets s’il s’avisait de leur interdire de prier dans leurs mosquées !

Et pourtant, regardez bien ce qui suit comme nous le dit un internaute : le Maroc, grand soutien de nos marabouts, compte 36 millions de musulmans. Toutes les mosquées du royaume sont fermées et il y a eu zéro manifestation.

L’Algérie a 42 millions de musulmans mais toutes les mosquées du pays sont encore fermées. En Turquie, il y a 82 millions de musulmans, les mosquées sont fermées.

L’Arabie Saoudite, qui abrite la Kaaba et le tombeau du Prophète, compte 34 millions de musulmans, les mosquées y sont fermées et le pèlerinage est annulé.

L’Iran des ayatollahs a 84millions de musulmans dont l’écrasante majorité prient à la maison.

Au Sénégal, avec 14 millions de personnes seulement, on manifeste pour qu’on ouvre les mosquées ! Il est vrai que dans tous les grands pays d’Islam cités dessus, les musulmans ne voient qu’une seule lune et ne célèbrent donc qu’une seule Korité contre deux ou trois croissants et donc deux ou trois Korité au Sénégal ! Un pays singulier, on vous dit…

Digital Manager - Chef de projet chez Alixcom Dakar | E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles Similaires

1 sur 48

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *