IdéesOpinionPoint de vueVedette - La UNE

Un séisme sénégalais, des répliques ouest-africaines – Par Jean-Hervé Jézéquel

Il y a encore quelques semaines l’Afrique de l’Ouest, en particulier les pays de la zone francophone, semblait engluée dans l’opposition entre deux styles de régime politique. D’un côté, des systèmes à façade démocratique dirigés par des élites vieillissantes ayant capturé durablement le pouvoir et souvent incapables de répondre au profond désir de changement des nouvelles générations.

De l’autre côté, des régimes militaires imposés à l’issue de putschs peu sanglants ayant largement – mais pas entièrement – balayées les anciennes élites dirigeantes. Ces nouveaux dirigeants militaires ont suscité un vent d‘espoir assez inédit auprès d’une partie des populations, leur bilan est pourtant jusqu’ici assez maigre. L’aura dont ils bénéficient pourrait s‘effriter d’autant que ces pouvoirs s’engagent volontiers dans une répression brutale de toute opposition.

Deux impasses, une troisième voie
Le fossé entre ces deux types de régime, démocraties usées d’un côté et autoritarismes militaires de l’autre, s’est élargi ces derniers mois. En aout 2023, la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a brandi la menace d‘une intervention armée pour faire entendre raison aux putschistes qui venaient de renverser le président Mohamed Bazoum à Niamey.

La CEDEAO n’a finalement pas osé traduire ses menaces en actes mais, en réaction, le Mali, le Burkina Faso et le Niger ont créé en septembre, leur propre union des « régimes kaki », l’Alliance des États du Sahel (AES). En janvier 2024, ils ont unilatéralement et simultanément annoncé leur retrait « sans délai » de la CEDEAO.

Dans cette région polarisée, où les systèmes politiques oscillent entre Charybde et Scylla, l’élection du président Bassirou Diomaye Faye au Sénégal ouvre la perspective presque inespérée d’une troisième voie. Après avoir frôlé un ultime et dangereux déraillement en janvier, la démocratie sénégalaise a non seulement résisté, mais également démontré qu’un processus électoral libre, aux résultats que nul ne songe aujourd’hui contester, peut répondre à la profonde aspiration au changement.

Lors de l’investiture du président Diomaye Faye, le 2 avril 2024, la salle a certes applaudi les représentants des régimes militaires et largement boudé les représentants des autres pays ouest-africains. Il ne faut pourtant pas s’y tromper : l’élection de Diomaye Faye renvoie dos à dos les deux impasses que sont les démocraties usées et les autoritarismes militaires.

Elle indique une troisième voie dans laquelle une démocratie peut incarner le changement à condition de s’appuyer sur une mobilisation forte des citoyens sur l’espace civique, des institutions politiques consolidées et surtout un processus électoral véritablement libre et transparent.

Tout reste encore à faire
Évidemment, cette troisième voie n’est encore qu’un espoir. Pouvoir rajeuni ne rime pas forcément avec progressisme systémique comme l’atteste la composition d‘un gouvernement sénégalais qui compte fort peu de femmes. Le chemin du changement est également semé d’embûches et l’échec reste possible.

Après avoir fait d’aussi nombreuses promesses à la jeunesse, le désenchantement serait alors terrible. Tout reste encore à faire pour le nouveau président, son premier ministre et leur premier gouvernement. Les sénégalais auront sans nul doute les yeux braqués sur eux.

Au-delà, c’est toute la région en quête de nouveaux modèles qui suivra la manière dont ce pouvoir issu des urnes saura ou non incarner un changement désiré partout ailleurs. Les dossiers de dimension nationale ou régionale sont nombreux sur le bureau du nouveau président : lutte effective contre la corruption, partage des ressources et rénovation du lien avec les citoyens, sortie du franc CFA et adoption d‘une nouvelle monnaie, recomposition des partenariats, etc. Il y aura, à n’en pas douter, des moments difficiles et des choix tendus.

La gestion délicate de la crise provoquée par le retrait des pays de l’AES de la Cedeao est l’un des premiers grands dossiers sur lequel la diplomatie sénégalaise est attendue.

Le président Diomaye Faye a déjà annoncé son ambition de jouer les médiateurs pour ramener les trois pays sahéliens dans le giron de la CEDEAO. Une organisation régionale qu’il faudra sans doute également réformer pour qu’elle fonctionne et reflète mieux les aspirations des citoyens ouest-africains. Après plusieurs mois de confrontation entre la CEDEAO et l’AES, c’est un positionnement habile qui, s’il réussit, donnera toute son importance à la diplomatie sénégalaise à un moment clé de l’histoire de la sous-région.

Des gagnants et des perdants
Dans les mois à venir, les partenaires internationaux du Sénégal ne devront pas se tromper non plus : le changement n’est pas simple, il aura ses gagnants et ses perdants. Il s’accompagnera d’une bonne dose d’incertitudes. De trop nombreux partenaires ont privilégié ces dernières années l’impératif de sécurité et de stabilité dans une région en soif de renouvellement. Cela les a souvent conduits à préserver des ordres politiques pourtant honnis et, dès lors, à subir une grande partie du discrédit qui frappait ces régimes.

La perspective d’une troisième voie devrait aussi inspirer ces partenaires internationaux à adopter de nouvelles approches au Sénégal et dans le reste de la région, des approches qui ne conçoivent plus le Sahel et plus largement l’Afrique de l’Ouest comme une litanie de risques, mais comme une série d’opportunités.

Même si le futur de la sous-région reste incertain, la bouffée d’espoir offerte par la démocratie sénégalaise reste particulièrement bienvenue. Dans la région, les occasions de se réjouir des dynamiques politiques ont été plutôt rares ces dernières années.

Jean-Hervé Jézéquel est directeur du projet Sahel à l’International Crisis Group (ICG).

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 179

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *