Changement ClimatiqueTempérature

La chaleur extrême continue d’accabler les pays d’Asie du Sud-Est

Classe à distance aux Philippines, parcs bondés en Birmanie, alerte aux fortes chaleurs au Bangladesh: l’Asie du Sud-Est continue dimanche à transpirer sous des températures anormalement élevées, avec des pointes à plus de 45°C.

Manille a décrété dimanche la suspension des cours en présentiel dans toutes les écoles publiques pendant deux jours, notamment à cause de la chaleur.

« Au vu des dernières prévisions d’indices de chaleur (…) et l’annonce d’une grève nationale dans les transports, toutes les écoles publiques du pays devront mettre en place des cours asynchrones/à distance les 29 et 30 avril 2024 », a déclaré sur Facebook le ministère de l’Education.

La mesure concerne plus de 47.000 établissements.

Au Bangladesh, des écoles ont rouvert dimanche après plusieurs jours de fermeture, également en raison d’une chaleur insoutenable.

Des millions d’élèves sont ainsi revenus en classe en dépit d’une alerte aux fortes chaleurs toujours active, les maternelles restant closes tandis que les emplois du temps des primaires se voient raccourcis.

« Je suis venu à l’école avec ma fille de 13 ans. Elle était heureuse que son école soit ouverte, mais c’était tendu », témoigne auprès de l’AFP Lucky Begum, dont l’enfant est scolarisée dans une école publique de la capitale Dacca.

« La chaleur est trop forte », ajoute-t-elle. « Elle (sa fille) a déjà des éruptions cutanées à cause de la transpiration. J’espère qu’elle ne tombera pas malade ».

En Birmanie, où le mercure a atteint mercredi 45,9°C dans la ville de Chauk (centre-ouest), beaucoup cherchent de la fraîcheur à l’ombre des arbres dans les parcs une fois le soleil couché.

Dans ce pays en proie à un conflit civil et au réseau électrique obsolète, les coupures de courant sont fréquentes, entre attaques d’infrastructures et réserves de gaz taries.

Ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir un générateur à essence peuvent ainsi passer plus de huit heures par jour sans courant et donc sans climatisation.

« Il fait chaud à en mourir », dit à l’AFP San Yin, caissière de 39 ans. Elle explique se rendre dans un parc de Rangoun (sud) le soir venu, avec son mari et son fils de quatre ans, jusqu’à ce que l’électricité revienne dans son appartement.

« Je prie pour que la pluie tombe bientôt ».

Records
Mardi, les Nations unies ont affirmé que l’Asie se réchauffait particulièrement vite, après que des records de températures ont été battus partout dans le monde en 2023.

Sur ce continent, les Philippines font partie des pays les plus vulnérables aux conséquences du changement climatique.

Le thermomètre a affiché 38,8°C dans la capitale Manille samedi — un chiffre jamais atteint auparavant — , avec un indice de chaleur (température ressentie) de 45°C, selon les statistiques nationales.

Plus de 40°C ont été enregistrés le même jour à Camiling, dans la province de Tarlac (nord-ouest), ce qui représente un record national en 2024.

Nombreux sont ceux qui, aux Philippines, se réfugient dans les centres commerciaux climatisés.

« Il fait si chaud à la maison. Le plus chaud que j’ai connu », explique Gerise Reyes, 31 ans, qui avec sa fille de deux ans se prépare à aller prendre le frais dans un centre commercial près de Manille. « Nous avons besoin d’air conditionné gratuit pour alléger notre facture d’électricité », explique-t-elle.

Les experts estiment que ces vagues de chaleur sont rendues plus longues, plus intenses et plus fréquentes par le réchauffement climatique.

Les températures maximales relevées en moyenne sur la semaine à Dacca ont excédé de 4°C à 5°C les moyennes établies sur les 30 dernières années lors de la même période.

En Thaïlande, l’agence météorologique nationale a mis en garde contre un mercure pouvant atteindre 44,1°C dans le nord de la province de Phetchabun dimanche.

Chez son voisin cambodgien, le ministre de l’Eau et de la Météorologie a averti que les températures pourraient atteindre jusqu’à 43°C dans le pays au cours de la semaine à venir, appelant la population à la vigilance.

Dans la province septentrionale du Nghe An, au Vietnam, il a fait 43,2°C samedi, ont rapporté les médias locaux. Entre 38 et 41°C sont encore attendus dans les jours qui viennent, dans le nord du pays.

L’Inde aussi, en Asie du Sud, est en train de cuire en plein exercice électoral. Le département météorologique indien a prévenu que l’épisode de forte chaleur actif allait se prolonger dans plusieurs Etats ce weekend.

Le thermomètre pourrait tutoyer les 44°C par endroits.

« Je n’avais jamais connu une telle chaleur », confie à l’AFP Ananth Nadiger, depuis la ville de Bangalore (sud).

« C’est très désagréable et cela vous pompe votre énergie », raconte ce professionnel de la publicité de 37 ans. « Je me demande vraiment comment sera l’année prochaine si on n’agit pas dès maintenant ».

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 18

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *