Chronique

Pathétique

Il parait que cela n’existe que dans notre vieille terre de Téranga et dans quelques pays francophones, des colonies où l’ambassadeur de l’ancienne puissance coloniale ose ouvrir la bouge sans qu’on lui intime de la fermer.

Dans les pays anglophones comme le Nigéria, le Ghana voire le Rwanda (Oui, oui, il est devenu anglophone même si la France a choisi une de ses ressortissantes pour diriger l’Organisation internationale…de la Francophonie !) dans ces pays, donc, les diplomates n’osent pas marcher sur les pieds du Chef.

Au contraire, il leur faut remuer la langue mille fois avant d’émettre un jugement. Même positif sur la situation du pays. Mais ici, dans leur arrière-cour, en véritables détenteurs sans droit ni titre de notre souveraineté, tout leur est permis à ces diplomates. Tout ! Même de nous indiquer l’heure à laquelle nous devons aller aux chiottes.

Et c’est toujours nous autres journalistes qui leur tendons le micro avec nos sourires de Nègres Banania pour qu’ils donnent leurs avis sur nos problèmes domestiques. L’inverse serait surréaliste n’importe où en Europe. Quoi d’étonnant dans ces conditions à ce que, chez nous autres Nègres, ces diplomates occidentaux se comportent comme en royaume conquis. On les interroge sur tout.

Notre économie, les mandats de nos Chefs etc. Comme ce weekend avec le représentant de la France dans ce charmant pays. Après le sieur Jean Félix Paganon, c’est Philippe Lalliot qui a été invité dans l’émission le « Grand jury » de la Rfm, pour se prononcer sur nos problèmes domestiques.

Et cette fois-ci, c’est pour montrer — sans diplomatie ! — que nos dirigeants sont de grands menteurs et qu’ils ne maitrisent rien des grands projets que nous construisent chèrement les amis Toubabs du Chef.

Comme ce TER inauguré en grande pompe et pour lequel le ministre des Finances et du Budget avait promis, devant nos députés, sa mise en circulation en janvier dernier avant que le ministre des Transports Terrestres nous revienne avec la date du mois d’avril…

Avant cela, en janvier 2019, le président-candidat nous avait assuré qu’il circulerait « dans six mois ». En juin 2019, donc. On est en février 2020… Il a donc fallu que le proconsul de France s’exprime pour que l’on sache que nos éminences racontaient des histoires.

Bon, on note la bonne date de l’Ambassadeur. Oser ainsi faire mentir le Chef et ses ministres ? A n’en pas douter, ces Toubabs sont en terre conquise!

Digital Manager - Chef de projet chez Alixcom Dakar | E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles Similaires

1 sur 46

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *