Chronique

Les showmen

C’est décembre et il faut bien que l’on s’amuse en rêvant de somptueux présents. Le plus prestigieux de ces cadeaux, pour le moment, reste ce fameux Train Express Régional (TER).

Tout ce que la scène politique compte de bonimenteurs est lâché. Ils nous promettent le paradis sur terre. A les regarder dérouler leur show, on est partagé entre l’envie de rigoler et la tentation de leur balancer des projectiles.

Tellement ils nous paraissent ridicules, niais et pathétiques. Ils disent nous vendre leurs programmes avec aplomb et une belle insolence.

La preuve qu’ils ont bien profité de leurs stations au cœur de l’Etat pour se refaire une belle santé financière. Tout est apparat autour d’eux, pendant que la plèbe cherche le diable pour lui tirer la queue.

Dans une capitale que le Chef n’a pas réussi à rendre propre en dépit de ses tapages politiciens, voilà que surgissent des mages qui veulent y parvenir par un coup de baguette magique.

Ils nous vendent des villes futuristes. Dans leur racolage impudique, ils font même mieux qu’une veille rombière dépouillée de charme mais sûre de ce qu’elle croit être de beaux restes.

Celui qui veut nous transformer la capitale en une ville lumière peine pourtant à faire des quartiers qu’il administre des endroits où il fait bon vivre. Sa commune est d’ailleurs l’un des coins les plus malfamés et dépourvus d’infrastructures.

La ville qu’il nous a dessinée le weekend avec une belle sincérité dans la voix et la démarche, il n’a pu la transposer dans sa petite commune. Et il voit plus grand que sa piaule.

Dans ce frivole racolage, ceux qui sont au pouvoir semblent être les plus hardis. Ils font montre d’une audace impertinente. Ils promettent des emplois, nous parlent de leurs partenaires que personne ne connait, font preuve d’un étonnant aplomb pour nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Bien entendu, par leur position au sein de l’appareil d’Etat, ils corrompent et promettent la lune. Et il y aura toujours de pauvres nigauds à croire à leur show. On ne se refait pas !

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 49

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *