Chronique

Les quotas

Elle est assurément belle, la République du clan familial, des copains et des coquins.

La mainmise de la vice-présidente sur les affaires de la République, est de plus en plus prégnante. En plus de proposer des ministrables et autres directeurs généraux au creux de l’oreille de son charmant époux qui ne lui refuse rien, il arrive que les actes qu’elle pose créent un véritable tsunami dans certaines de nos entreprises locales.

Vous vous souvenez de la guéguerre entre certains employés et l’actuel manager de notre Port ? Le quota de notre distinguée Première dame était au centre de cette dispute mémorable !

Un trop plein de faux travailleurs dont l’alors tout-nouveau Directeur voulait se débarrasser avant de revoir sa copie en réintégrant vite fait ces traîne-savate recommandés par le palais et originaires de Fatick.

Chassez le naturel… Au Coud, le quota de Marième est en train de faire perdre le sommeil au nouveau Directeur et vice -président de notre Fédération de football.

Peut-être que le pauvre saura déjouer les plans de l’épouse de celui qui l’a nommé pour service rendu. Juste que lui, le boss du Coud, il veut lui aussi intégrer ses souteneurs comme d’autres le font.

En effet dans ce charmant pays, le mérite ne compte plus, il y a le facteur d’appartenir à la cour des en haut d’en haut qui prime sur tout. Ça entretient la clientèle politique, la famille, les amis et les coquins.

La Patrie avant le Parti prétendent-il mais, dans les faits, c’est tout à fait l’inverse ! Et croyez-nous, dans beaucoup d’entreprises publiques et autres agences, sans compter les ministères, le trop-plein est composé de militants du parti au pouvoir.

Des bienheureux incompétents, sans aucune formation, payés à ne rien foutre tandis que des jeunes hyper diplômés, mais sans soutiens politiques, végètent dans les affres du chômage. C’est aussi ça le Sénégal du Chef !

Digital Manager - Chef de projet chez Alixcom Dakar | E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles Similaires

1 sur 48

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *