Chronique

Les mains sales

Ils ne blaguent assurément pas et prennent très au sérieux leur mission de destruction massive. Laquelle consiste à tailler en pièces le discours de l’autre.

C’est-à-dire le candidat soutenu par celui qui les empêche de dormir depuis 2021. Il s’agit pour eux de rendre insignifiant le discours de ce candidat qu’ils viennent juste de sortir de prison après que leur cheval à eux a commencé sa campagne électorale depuis des lustres d’abord sous la casquette de Premier ministre puis celle de candidat tout court.

C’est leur survie qui est en jeu et ils n’y vont donc pas de main morte. Ils ont fait monter en première ligne leur armée de plumitifs en service commandé, tirant à l’aveuglette.

Dans leur frénésie de faire mal ou à toucher là où ça pourrait faire mal, il arrive qu’ils ratent leur cible. Ce week-end end, après la sortie de prison de leur cauchemar, ils n’ont pas chômé et ont envahi les médias et les réseaux sociaux.

Et, du coup, on a vu des gens qui ont de tout temps revendiqué leur indépendance venir se salir les mains et patauger dans des excréments.

L’objectif était d’ébranler celui qui ne boxe pas dans la même catégorie que leur Champion, mais qui perturbe cependant leur sommeil. Ils ne rechignent pas à user d’attaques en dessous de la ceinture.

Le sale boulot est mené par des plumitifs qui passent à la moulinette celui qui semble être le seul capable de faire mordre la poussière à leur champion dans cette course où 19 candidats sont alignés sur la ligne de départ.

Dans leur ingrate entreprise, ils se font un malin plaisir de déstructurer le discours de l’ennemi plus que l’adversaire, lui faisant dire le contraire de ce qu’il a soutenu ou carrément ce que eux veulent entendre.

Indisposant leurs compatriotes par leurs tentatives de faire prendre des vessies pour des lanternes.

Ça a un prix, il faut bien qu’ils vivent les pauvres ! Ils ne veulent pas perdre des privilèges ou leurs moyens de subsistance. Dans leurs tentatives maladroites de tout déstructurer, il leur arrive de se perdre et être désertés par l’intellect pour ne prononcer que des évidences.

Les plus abrutis perdent tout discernement à l’instar de celui qui nous sert de ministre de la Communication dont le discours ne semble pas avoir dérangé au plus haut niveau.

Dans un pays normal, ce bonhomme serait renvoyé sans ménagement du gouvernement. C’est un danger pour lui-même et pour la société. Et c’est au moment où l’on parle de réconciliation qu’il s’illustre dans un discours d’une grande imbécilité.

Dans la ville dont il est le maire, tout le monde doit s’aligner sur ses désidératas. Personne ne doit voter contre son candidat.

Gare aux Wolofs qui oseraient passer outre cette consigne. Hélas, ce ministre de la République n’en est pas à son premier esclandre…

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 48

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *