Chronique

Impuissance

Ainsi donc, le PDS se réveille de son long et profond sommeil pour venir discourir sur le sexe de l’attelage gouvernemental.

Qu’ils sont en retard, ces libéraux ! Un texte loin de la pugnacité à laquelle le Parti du Père Wade nous a habitués.

La preuve qu’il est en train de perdre de ce qui constituait sa substantifique moelle. Le vieux n’étant plus énergique et ceux qui portent la voix du Parti n’ayant pas cette capacité de mobiliser des foules, ça donne le texte auquel les Sénégalais ont eu droit hier.

Sentant donc que la vieille formation politique n’est que l’ombre de son grabataire patron, la seule constante, le Chef, a vite fait de la contourner.

Sur la touche ! Il a fait comme s’il n’existait pas, ce parti des Wade, après avoir pris le soin de susciter une dissidence sur ses flancs. Une cinglante humiliation pour un parti qui était incontournable dans l’échiquier politique par sa capacité de nuisance.

Son appel à un large front commun de l’opposition constitue sans doute un aveu d’impuissance. Le parti s’est étiolé, conséquence d’une guéguerre de leadership opposant des responsables sans étoffe.

Chacun essayant de donner l’estocade à l’autre. Vous vous souvenez de la bataille rangée entre Farba et Fada ? Le dernier nommé renvoyé du parti, l’individu hors du commun avait vite fait de le retrouver chez le Chef, suivi de celui qui était prêt à sauter du haut d’un immeuble en cas d’ordre du Maître en ce sens.

Qu’elle peut être vache, la politique ! Et à ce jeu du ôte-toi de là que je m’y mette, le parti est devenu l’ombre de lui-même.

Le communiqué du PDS d’hier, plutôt que d’être une déclaration de guerre à l’ennemi Macky, constitue au contraire une sorte de râle que pousserait un moribond. Grandeur et décadence…

Digital Manager - Chef de projet chez Alixcom Dakar | E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles Similaires

1 sur 48

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *