Chronique

Foi

Une République, une voix. Assurément la voix du patriarche de Touba a eu une telle résonance que la République l’a entendue et en a tenu compte !

Elle avait promis de se faire entendre au cas où la loi serait rigoureusement appliquée au maitre coranique tortionnaire de Ndiagne. Message capté 5/5.

Lors du procès, la Justice ne voulait pas flancher même si elle se trouvait entre le marteau du Khalife et des supporteurs du Serigne Daara, d’un côté, l’enclume de la majorité des citoyens qui exigeaient que le tortionnaire soit puni à la mesure de ses actes ignobles, de l’autre.

Et finalement, pour ne pas fâcher les religieux et mettre l’Etat à l’aise, elle a fait semblant de frapper fort. Deux ans avec sursis, synonyme de libération des prévenus. Et les apparences sont sauves ! Tout le monde, il est content.

La déclaration qui voulait que les marabouts soient des citoyens comme les autres semble être ensevelie à l’instar de cette gestion que l’on voulait vertueuse et qui est devenue une des plus pourries de la République avec des cafards qui sortent de partout.

Ne parlons pas de la fausse monnaie et de la drogue ! Pendant ce temps, ils nous dessinent un avenir prétendument meilleur. On inaugure et réceptionne des infrastructures coûteuses.

Ce qui n’est pas mauvais en soi si on avait pris le taureau par les cornes pour donner à notre enseignement si chahuté les moyens d’être performant et à nos hôpitaux ce qu’il faut pour cesser d’être des mouroirs.

Ce de manière à ce que la vice-présidente de la République ne soit plus obligée de prendre en charge des évacuations sanitaires à la pelle.

Et même si on nous promet de nouveaux hôpitaux, notre tare congénitale reste de ne pas pourvoir nos structures sanitaires d’un plateau technique digne de la réputation de nos praticiens qui sont parmi les meilleurs du continent.

Nb : On voit mal Guy Marius Sagna séjourner plus d’une semaine en prison. Si un tortionnaire a bénéficié d’un sursis, la Justice doit se défaire des chaines de l’Exécutif pour rendre à sa famille, ce digne guerrier dont le combat nous honore tous.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 48

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *