Dakar-Echo

Errements

Errements

Deux jeunes ont été découverts en état de décomposition sous le pont de l’Emergence (mon œil !). Qu’importe leur statut de délinquants, enfants de la rue ou autres.

Deux mômes sont morts bêtement dans un lieu où ils ne devraient pas être dans toute société où les choses se dérouleraient dans les règles de l’art.

Et, surtout, où l’on protège ses enfants. Si ces adolescents ont pu s’introduire dans cet endroit qui devrait être protégé, c’est parce que l’entreprise ayant exécuté les travaux et l’Etat ont failli.

Comme beaucoup d’ouvrages sous l’Emergence, celui-ci a été inauguré dans la précipitation sans que l’entrepreneur n’ait fini son travail. Il a dû se dire tant pis puisque le Chef est content.

Et apparemment, il l’était dès lors qu’il avait distillé dans l’esprit de ses militants qu’un nullard ne peut construire un échangeur pareil devant son ministre d’Etat, Mbaye Ndiaye, en transes.

Huit mois après cette inauguration, des endroits offraient quelques balafres. Un gamin était mort noyé dans une fosse ouverte par l’entreprise pour recevoir les eaux de pluie. Le môme courait pour rattraper son ballon…

Et puis, il y a eu ces gosses qui squattaient en permanence les lieux en pleine journée, se shootant de « guinz » (diluant), agressant les passants.

Des rebuts de la société, ces mômes sur qui on ne jette aucun regard et qu’il faut exterminer. Tous coupables de notre indifférence, de notre laisser aller, de notre politique politicienne.

De nos manigances et tartuferies aussi comme ce fut le cas tout dernièrement avec un Ter réceptionné dans un lieu en chantier avec des populations laissées à elles-mêmes et dont l’environnement a été dégradé.

De leur sécurité, on n’en fait pas une priorité jusqu’à ce qu’un accident terrible arrive. Et pourtant, il aurait juste fallu une grille de protection pour que ces mômes ne puissent accéder à ce tunnel. Mais pour les autorités, tout cela constitue un luxe pour les pauvres.

Articles similaires

Laisser un commentaire