Chronique

Consécration et opportunisme…

Makhtar Diop nommé directeur général et vice-président exécutif de la Société financière internationale (IFC), une fierté sénégalaise et africaine.

Les Sénégalais ont connu M. Diop quand, aux premières heures de la première alternance, Wade l’avait présenté comme un homme qui gagnait bien sa vie dans les hautes sphères de la finance mondiale, mais avait accepté de se sacrifier pour le développement de son pays, comme ministre de l’Économie.

Son passage dans ce premier gouvernement dirigé par Moustapha Niasse a été bref. Il ne s’entendait pas avec Wade.

Cet ancien vice-président de la Banque mondiale pour les Infrastructures a pour mission aujourd’hui de promouvoir l’expansion économique et améliorer “les conditions de vie des populations, en favorisant l’essor du secteur privé dans les pays en développement”.

Difficile mission qui peut ne pas avoir beaucoup d’impact sur notre vécu très peu reluisant. Mais si nous célébrons cette nomination, c’est souvent par pur chauvinisme comme nous célébrions Jacques Diouf au Fonds mondial pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), Ibrahima Fall à l’ONU, Moussa Touré à l’UEMOA a entre autres Sénégalais qui étaient très en vus dans les instances internationales.

Le président de la République Macky Sall a raison de saluer opportunément une telle consécration. Diplomatiquement, c’est une réussite.

Bravo ! Ousmane Sonko était hier à l’université Cheikh Anta Diop. Un bain de foule stratégique pour un homme en pleine tempête inhérente à des accusations de viols avec menaces.

Le leader de Pastef veut la paix. Le voilà qui prépare la guerre en cherchant des alliés chez des étudiants foncièrement contestataires. Du pur opportunisme au point de violer…les gestes barrières en ces temps de Covid-19.

Digital Manager - Chef de projet chez Alixcom Dakar | E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles Similaires

1 sur 48

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *