Chronique

Bastonnade

Silence !!! Où sont donc ces bonnes dames qui nous tympanisent à chaque fois qu’un mec viril chatouille l’une d’entre-elles ? Elles doivent bien rigoler dans leurs salons de la mésaventure du malheureux mec corrigé par sa douce moitié et pratiquante de judo.

Le pauvre ! Autant dire qu’il s’est fourré lui-même dans la gueule de la louve. Et puis, quelle idée de s’enticher de ce genre de sportives ? Le crime de l’infortuné a été de draguer pendant que sa bourgeoise était certainement au dojo.

Et quand elle a eu la curiosité de visiter le téléphone de son mari, elle a eu un accès de colère avant de fracasser le bras du malheureux.

Et ça se dit sexe faible ? Ces braves dames brûlent sans état d’âme, tuent, ébouillantent, éborgnent, castrent, donnent des coups de pilons et et on en passe. Et quand ça arrive, personne ne bronche.

L’homme a toujours tort comme le malheureux qui n’aurait jamais dû zieuter les croupes d’autres meufs, devant tranquillement attendre que sa Reine revienne du dojo.

La violence n’est plus exclusivement masculine et ne l’a jamais été d’ailleurs. Elle s’exprime également dans toute sa bestialité chez nos braves dames.

L’expression de la parité quoi ? En attendant leur journée internationale, on aimerait bien entendre les voix désapprobatrices de nos enragées sur ce cas bien précis, histoire de nous délecter de leurs indignations sélectives.

Des maris battus physiquement et psychologiquement, ça existe aussi. A foison !

Post-Scriptum : Au sommet de l’Etat, les sauvageons sont sérieusement en guerre contre quelques dinosaures du parti à qui on prête des ambitions cachées.

En attendant que le sang gicle, le Chef regarde impassible cette bataille entre ses pontes qui lorgnent son fauteuil et ses sauvageons qui les mitraillent. Qui ne dit rien consent…

Mais pourquoi donc une telle précipitation ? Boune a parlé, Mbaye a renchéri hier. Selon le docte Monsieur, le premier mandat du Chef ne doit pas être comptabilisé. Ah, les courtisans !!

Digital Manager - Chef de projet chez Alixcom Dakar | E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles Similaires

1 sur 45

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *