AfriqueSoudan

Plusieurs pays évacuent leurs ressortissants du Soudan en plein chaos avec plus de 420 morts

La France, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et d’autres pays ont commencé dimanche à évacuer leurs ressortissants ou leur personnel diplomatique du Soudan, où les combats meurtriers entre armée et paramilitaires font rage depuis plus d’une semaine.

Selon des images vidéo recueillies par l’AFP, des convois de dizaines de véhicules blancs de l’ONU sortaient dimanche de Khartoum, tout comme de nombreux cars, et se dirigeaient vers Port-Soudan, dans l’est du pays. Il n’était pas possible dans l’immédiat de savoir qui se trouvait à bord.

Des tirs et des explosions ont encore secoué dimanche la capitale et ses banlieues, survolées par des avions de combat, selon des témoins.

Le pape François a appelé au « dialogue » face à la « grave » situation dans le pays, où, depuis le 15 avril, les deux généraux au pouvoir depuis leur putsch de 2021 se sont lancés dans une guerre sans merci.

Les violences, principalement à Khartoum et au Darfour, dans l’ouest, ont fait selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) plus de 420 morts et 3.700 blessés. Elles ont déplacé des dizaines de milliers de personnes vers d’autres Etats du Soudan, ou vers le Tchad et l’Egypte, tandis que plusieurs pays se mobilisent pour évacuer leurs ressortissants.

La France a annoncé dimanche avoir commencé une « opération d’évacuation rapide » de ses ressortissants et de son personnel diplomatique. Des Européens et des personnes venant de « pays partenaires alliés » sont également pris en charge.

Magasins incendiés
Le président américain Joe Biden avait annoncé plus tôt que l’armée avait « mené une opération pour extraire le personnel du gouvernement américain de Khartoum ».

Un « peu moins d’une centaine » de personnes ont été évacuées lors d’une opération héliportée, a précisé un haut responsable du département d’Etat, John Bass. Mais pas les autres ressortissants américains, qui seraient plusieurs centaines au Soudan, dont l’évacuation n’est pas prévue « pour le moment ».

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a lui aussi annoncé l’évacuation du personnel diplomatique du Royaume-Uni et de leurs familles. « Les forces armées britanniques ont procédé à une évacuation complexe et rapide dans un contexte d’escalade de la violence et de menaces à l’encontre du personnel de l’ambassade », a tweeté M. Sunak.

L’Italie a indiqué qu’elle allait tenter d’évacuer dimanche ses ressortissants, tout comme la Turquie et d’autres pays.

Pour le chercheur Hamid Khalafallah, « réclamer des couloirs sécurisés pour évacuer les ressortissants étrangers sans réclamer en même temps la fin de la guerre serait terrible ».

« Les acteurs internationaux auront moins de poids quand ils auront quitté le pays: faites ce que vous pouvez pour partir en toute sécurité mais ne laissez pas les Soudanais derrière sans protection », plaide ce spécialiste du Soudan.

A Khartoum, les cinq millions d’habitants craignent un regain de violence après le départ des étrangers, dans leur ville privée d’eau courante et d’électricité, avec des réseaux téléphonique et internet souvent défaillants.

Les raids aériens de l’armée et les tirs de canon des paramilitaires ont déjà détruit ou obligé à fermer « 72% des hôpitaux » dans les zones de combat, selon le syndicat des médecins. Dans les rues, des lampadaires gisent au sol, des magasins incendiés fument encore. Ici, une banque a été éventrée. Là, malgré tout, un mécanicien tente de garder son échoppe ouverte au cas où un des très rares passants aurait besoin de ses services.

Le conflit a éclaté le 15 avril entre l’armée du général Abdel Fattah al-Burhane, dirigeant de facto du Soudan, et son adjoint devenu rival, le général Mohamed Hamdane Dagalo, qui commande les très redoutés paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR).

Risque régional
Les deux généraux avaient pris le pouvoir lors du coup d’Etat de 2021, mettant un coup d’arrêt au processus vers une transition démocratique qui a suivi la chute du dictateur Omar el-Bachir, en 2019.

Mais ils ont été incapables de s’accorder sur l’intégration des FSR aux troupes régulières, après des mois de négociations politiques sous égide internationale.

Alors que les deux camps se livrent aussi à une guerre de l’information, il est impossible de savoir qui contrôle les aéroports du pays et dans quel état ils se trouvent après avoir été le théâtre de violents combats.

Cette semaine, la fête du Fitr, qui marque la fin du ramadan, a eu un goût amer pour les habitants de Khartoum. On célèbre habituellement cette fête « avec des pâtisseries et des cadeaux pour les enfants », mais cette année, ce sont « des coups de feu et l’odeur de la mort », confie l’un d’eux, Sami al-Nour.

Les conditions de vie sont probablement pires au Darfour, théâtre déjà d’un terrible conflit dans les années 2000, où personne ne peut se rendre dans l’immédiat. Sur place, un docteur de Médecins sans frontières (MSF) évoque une « situation catastrophique ».

Au Soudan, troisième producteur d’or d’Afrique et pourtant l’un des pays les plus pauvres au monde, les services de santé sont à genoux depuis des décennies et un tiers des 45 millions d’habitants souffre de la faim.

L’arrêt des opérations de la plupart des organisations humanitaires va aggraver la situation. Et le conflit menace désormais de gagner du terrain au-delà des frontières du Soudan, selon des experts.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 262

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *