Dakar-Echo

Perquisition dans l’appartement parisien de Fatouma-Awo Ismaïl Omar, fille du président djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh

Perquisition dans l’appartement parisien de Fatouma-Awo Ismaïl Omar, fille du président djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh

L’appartement parisien de la fille du président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh, dont l’entourage est visé par une enquête en France sur des soupçons de «biens mal acquis», a été récemment perquisitionné par la police judiciaire française, a-t-on appris vendredi 29 avril de source proche du dossier.

Situé dans le cossu 16e arrondissement de la capitale française, l’appartement de Fatouma-Awo Ismaïl Omar a reçu la visite des policiers de l’Office central de répression de la grande délinquance financière (OCRGDF) «il y a un mois, un mois et demi», selon cette source, confirmant une information du magazine économique Challenges.

La perquisition a eu lieu le 14 mars, a précisé à l’AFP une source judiciaire. L’opération s’inscrit dans le cadre de l’enquête ouverte en novembre 2018 par le Parquet national financier (PNF) à la suite d’une plainte déposée par l’ONG Sherpa et le Collectif européen de la diaspora djiboutienne (CEDD).

«Après trois ans d’enquête, enfin on s’approche du cœur nucléaire du système corruptif familial», a réagi auprès de l’AFP l’avocat de Sherpa, Me William Bourdon.

Trois arrondissements huppés de Paris
La plainte portait sur des biens immobiliers situés dans trois arrondissements huppés de Paris (8e, 16e et 17e) et appartenant à des membres de la famille du chef de l’État djiboutien, au pouvoir depuis 23 ans et réélu en 2021 pour un 5e mandat dans ce petit pays hautement stratégique de la corne de l’Afrique où la France compte une forte présence militaire.

L’ONG Sherpa pointait notamment le rôle de Tommy Tayoro Nyckoss, époux de la fille aînée du président djiboutien, à la tête de sociétés civiles immobilières en France. Tommy Tayoro Nyckoss «semble être une personnalité-pivot, centrale, dans la mise en œuvre des opérations effectuées depuis des années par la famille d’Ismaïl Omar Guelleh aux fins de détournement d’avoirs publics», affirmait la plainte.

Selon Challenges, le couple avait acheté en 2016 pour deux millions d’euros l’appartement visé par la perquisition.

Plusieurs procédures, dont certaines toujours en cours, ont été menées en France dans des dossiers dits de «biens mal acquis». Récemment, entre la fin mars et début avril, quatre enfants du défunt président Omar Bongo Ondimba ont été mis en examen par la justice française dans le dossier des «biens mal acquis» gabonais dans l’Hexagone.

Sollicité, l’avocat de la famille d’Ismaïl Omar Guelleh n’a pas pu être joint dans l’immédiat.

Laisser un commentaire