Faits diversPolitiqueVedette - La UNE

Me El Hadj Diouf: 30 avocats sont déjà commis pour défendre le député Seydina Fall Bougazelli

Habillé en boubou bazin blanc, le crâne rasé, le député Seydina Fall Bougazelli a déféré hier à la convocation de la Section de recherches de la gendarmerie à Colobane.

Après deux faux bonds aux enquêteurs le vendredi et le lundi, le député apériste, accompagné de son avocat Me El Hadj Diouf, s’est présenté hier mardi et est attendu encore ce mercredi devant les mêmes pandores dans le cadre de l’enquête sur les faux billets dont il a été trouvé porteur.

En attendant son face-à- face de ce matin avec les pandores, l’homme clame son innocence en disant qu’il n’a rien à voir avec cette affaire. Bien qu’il ait nié toute démission, l’Assemblée nationale a confirmé dans un communiqué avoir reçu… une lettre dans laquelle il informait l’institution de sa décision de se démettre de ses fonctions de député ! Bougazelli, acculé, venait de perdre une première bataille. Après avoir été poussé par le pouvoir en place hors de la Plawe Soweto…

Cette fois-ci, le sulfureux député apériste de Guédiawaye n’a pas fait faux bond à la Section de recherches de la gendarmerie. Le fuyard, après avoir refusé de déférer vendredi et lundi à la convocation des hommes en bleu, dans le cadre de l’enquête sur le trafic de fausse monnaie dont il est accusé, s’est finalement résolu à se présenter devant les enquêteurs..

On ignore encore ce qui a motivé l’homme à aller répondre à la convocation des pandores. L’explication qu’il a donnée à nos confrères de la RFM est la suivante : « J’ai rencontré mes avocats, j’ai décidé d’aller répondre aujourd’hui (ndlr, hier mardi) à la gendarmerie. La dernière fois (Ndlr, jeudi), j’avais quitté la gendarmerie malade et ensuite je me suis rendu à Touba dans la soirée. Effectivement les gendarmes m’ont localisé à Touba. Mais moi, je suis un disciple de Serigne Saliou. Si, donc, je suis confronté à une telle épreuve, c’est plus que normal que je me recueille auprès de mon guide religieux et solliciter des prières.

J’avais une hyperglycémie et les médecins traitants m’avaient demandé de me reposer. Ceux qui m’accusent de trafic de faux billets racontent des histoires. Le commandant sait que je suis diabétique. Il arrive des fois que mon taux de glycémie atteigne les 4.80 et ce jour-là, j’en étais à 3.80. Je respecte la justice de mon pays, et je suis prêt à accepter toute décision de justice me concernant dans cette affaire. Ce que j’ai fait. Maintenant, je vais beaucoup mieux. Comment on peut penser que j’avais fui ? Pourquoi devrais-je fuir ? Même si j’avais commis un crime, je n’aurais pas fui pour laisser ma famille, ici, à fortiori, je suis innocent dans cette affaire » a expliqué Seydina Fall Bougazelli.

Cette promesse de déférer à la convocation des pandores ce mardi, il l’a effectivement tenue hier. C’est vers 16h30 qu’il est arrivé à bord d’un véhicule 4/4 accompagné de l’un de ses avocats, Me El Hadji Diouf, dans les locaux de la Section de recherches. Il affiche un petit sourire qui cache mal son anxiété. Sur place, quelques uns de ses partisans et, surtout, la presse. Il s’engouffre avec son conseil dans les locaux de la Section de recherches.

Après 45 minutes passées devant les enquêteurs, le député apériste de Guédiawaye est réapparu avec toujours un sourire moqueur. « Je suis venu déférer à la convocation comme bon citoyen avec mon avocat. On ne m’avait même pas donné une autre convocation et ils l’ont reconnu aujourd’hui. On a discuté un peu et on m’a demandé de revenir ce mercredi à 16 heures. Ce que je compte faire. Je reviendrai demain à l’heure de la convocation… » a-t- il dans un bref entretien avec la presse.

Démission de l’Assemblée Nationale
Il n’est pas lâché pour autant par les journalistes qui cherchent à lui faire confirmer sa démission de son poste de député. « En ce moment où je suis, ma dignité est plus importante pour moi qu’un poste de député. Je m’en arrête là et, pour le reste, il faut vous adresser à Me El Hadj Diouf » répond-il sèchement.

Seulement voilà, dans la soirée, la confirmation de la démission de l’homme est tombée à travers un communiqué de presse de la direction de la Communication de l’Assemblée nationale.

«Par lettre en date du 19 novembre 2019, Monsieur Seydina Fall a notifié au président de l’Assemblée nationale sa décision de se démettre de ses fonctions de député à l’Assemblée nationale. Le Président de l’Assemblée nationale a accusé réception de cette lettre, en lui indiquant qu’elle sera traitée conformément aux dispositions de l’article 7 du Règlement intérieur » indique le communiqué.

Une manière certainement pour Bougazelli de ne plus se réfugier sous la protection de l’immunité parlementaire qui ne résiste pas à la flagrance. Mais aussi une manière de mettre à l’aise ses ex-collègues députés. L’homme est resté dans sa stratégie de dénégation. Puisqu’il continue de clamer son innocence. « Je peux jurer que je n’ai rien à voir dans cette affaire. Les personnes arrêtées dans cette affaire, je ne les connais pas.

Parmi elles, je ne connais que le nommé Samba. Mais, la vérité finira par éclater. Personne ne m’a vu me livrer à une telle pratique. Je respecte la justice de mon pays et je suis prêt à respecter toute décision de justice me concernant dans le cadre de cette affaire » a tenu à préciser Seydina Fall Bougazelli.

Me EL HADJ DIOUF : «Il y a déjà 30 avocats commis pour Bougazelli»
Me El Hadj Diouf, un des avocats de Bougazelli, a soutenu devant les locaux de la Section de recherches qu’un pool d’avocats s’est constitué pour assurer la défense du député Seydina Fall alias Boughazelli. « Il y a déjà 30 avocats commis pour assurer la défense de Boughazelli. On disait qu’il avait fui, qu’il voulait quitter le territoire, il est là. On ne peut pas entendre quelqu’un sans la présence de son avocat et la première fois, ni moi ni Me Assane Dioma Ndiaye n’étaient là ».

Plaidant non coupable pour son client, le tonitruant avocat a ajouté à propos de son client : « Nous savons qu’il est innocent et nous allons le défendre pour le tirer d’affaire. L’enquête n’a même pas encore démarré. Nous reviendrons demain, mercredi ».

Mor Fall

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 345

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *