AfriqueInternational

L’irrésistible soutien de la France aux démocrates africains

C’est un vrai bonheur d’être opposant dans certaines « démocraties » africaines surtout lorsqu’elles sont ami de la France.

En Guinée où vient de se dérouler la présidentielle, les adversaires du 3e mandat d’Alpha Condé sont durement réprimés par la force. Le chef de l’État, 82 ans a récemment modifié la Constitution qui lui interdisait de se représenter de nouveau provoquant la colère de la rue

Depuis un an, a rapporté un récent rapport de Amnesty International, au moins 50 manifestants ont été tués plus de 200 blessés et les arrestations et détentions arbitraires fleurissent. Avec beaucoup d’audace, Le Quai d’Orsay a fait part de sa « préoccupation« et a appelé les protagonistes « la plus grande retenue« 

En Côte d’Ivoire, un autre 3e mandat celui du président Alassane Ouattara, 78 ans de nouveau candidat à l’élection du 31 octobre – malgré ses promesses- nourrit les manifs. Leur répression et les violences qui l’ont accompagnée on causé une quinzaine de morts au mois d’août et plusieurs autres depuis.

Alassane Ouattara ne s’est pas contenté d’empêcher la candidature d’adversaire de taille – notamment l’ex-premier ministre Guillaume Soro, l’ancien président Laurent Gbagbo- il a aussi fait coffrer des opposants ouais notamment la sociologue et militante de la société civile Pulchérie Gbalet, détenue à la sinistre prison d’Abidjan La Maca, depuis plus de 2 mois.

Le retournement de Ouattara et ces violations des droits de l’homme n’ont fait résonner qu’un silence poli à Paris. Est-ce parce que l’armée française avait, en 2011 largement contribué à installer l’actuel président au pouvoir ? Ou parce que son homologue français le présente souvent comme son meilleur ami dans la région ?

Au Cameroun, le président Paul Biya, 87 ans, au pouvoir depuis 38 ans, est reparti pour un nouveau mandat (au moins jusqu’en 2025). L’assignation à résidence, depuis près de 2 mois, après un passage en taule de 10 mois, du principal opposant Maurice Kamto à suscité la même discrétion feutrée de la France. Il est vrai que le Cameroun est un allié qui compte dans la lutte contre le djihadisme dans la région.

A quoi tiennent les postures morales du « pays des lumières » comme dit Macron…

J.F.J

Digital Manager - Chef de projet chez Alixcom Dakar | E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles Similaires

1 sur 497

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *