Faits divers

Le député Alioune Badara Diouf porte plainte contre Rama Cissé et Mandeme Diop pour revente de dattes volées

Incroyable mais vrai. La dame Rama Cissé et le nommé Mandeme Diop sont accusés d’avoir profité d’un don de dattes de l’Arabie Saoudite destiné aux populations des communes de Dakar pour faire un business florissant. En tout cas, les affaires marchaient bien pour eux jusqu’au moment où le député Alioune Badara Diouf les a pris la main dans le sac.

Le député Alioune Badara Diouf a porté plainte contre la nommée Rama Cissé pour vol de dattes appartenant aux populations de la commune des Parcelles assainies. « Il y a quelques mois, nous avons reçu un don, des caisses de dattes, de l’Etat de l’Arabie Saoudite. Ces dattes appartiennent aux communes de la région de Dakar.

Quand nous les avons reçues, nous les avons stockées à la permanence de notre parti aux Parcelles assainies. Nous avions gardé plus de deux cents caisses dans la permanence. Chaque caisse contient des boites de dattes dont la vente est totalement interdite, car cela appartient aux populations.

« Dans le courant du mois de mai, en plein Ramadan, j’ai été informé que les dattes faisaient l’objet de vente au marché Dior. Puisque les caisses de dattes sont sous ma responsabilité, j’ai fait le tour des marchés pour vérifier l’information.

Au marché Dior, j’ai découvert les nommés Rama Cissé et Mandeme Diop en possession de cartons vides de dattes. Interpellées sur la provenance de ces dattes, les mis en cause ont déclaré que c’est un certain Ibrahima Diagne qui leur vendait les cartons de dattes à 10000 FCFA le carton. A leur tour, elles ont procédé à la revente dans les marchés.

Ces deux receleurs faisaient un business florissant car ils vendaient les caisses de dattes à des prix exorbitants. Les ayant pris la main dans le sac, je leur ai demandé de rembourser jusqu’au dernier centime tout l’argent qu’ils avaient amassé dans le vente de ces dattes. Ils ont refusé, prétextant qu’ils n’avaient les moyens de rembourser » a souligné le député Alioune Badara Diouf.

De leur côté, les mis en cause se sont défendus en niant une partie des faits. « Nous ne sommes responsables de rien. Nous ne savions pas que les dattes en question faisaient partie d’un don de l’Arabie Saoudite et encore moins qu’elles appartenaient aux populations. C’est un certain Ibrahima qui nous vendait les cartons à 10000 FCFA. Nous ne faisions que les revendre » ont les deux mis en cause.

La police des Parcelles assainies est entrain d’essayer d’y voir plus clair dans cette affaire de recel. Espérons que tous les coupables seront sous les verrous, car c’est malhonnête d’utiliser les biens des populations à ses propres fins.

Aïda MbOUP SEYE

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 116

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *