PolitiqueSociété

Le Collectif des Organisations de la Société Civile pour les Elections (COSCE) à Ousmane Sonko: l’indépendance de la société civile n’est point négociable »

Le Collectif des Organisations de la Société Civile pour les Elections (COSCE) n’a pas apprécié les accusations du leader de Pastef, le mardi 18 mai dernier, lors de son face-à-face avec la presse.

Dans une déclaration de presse, le COSCE a recadré Ousmane Sonko tout en lui faisant savoir que ces accusations sont « inacceptables voire inexcusables… ».

Alioune Tine, Safiatou Diop de Siggil Jiggen et Cie n’ont pas mis du temps à réagir aux déclarations du principal leader de l’opposition et membre de la coalition Yewwi Askan wi, Ousmane Sonko. Lors de ce point de presse, le leader de Pastef les avait accusés d’être à la solde du Président Macky Sall.

« Ces accusations graves, infondées, disproportionnées sont inacceptables voire inexcusables d’autant plus qu’elles viennent d’un acteur politique de premier plan.

Le COSCE rappelle à Monsieur Ousmane Sonko que la société civile est à équidistance de toutes les parties prenantes et ne peut être ni instrumentalisée ni discréditée auprès de l’opinion publique. L’indépendance de la société civile n’est point négociable », fait savoir le COSCE.

Alioune Tine et Cie disent, en effet, ne ménager aucun effort et ne souffrir d’aucun complexe pour défendre les principes de la République et de l’Etat de droit. Mieux, ils ont fait savoir au maire de Ziguinchor que leur posture de société civile responsable leur a toujours permis de trouver les solutions les plus inclusives pour une participation démocratique de tous les acteurs politiques.

Et le COSCE de renchérir : « Qu’ils soient de l’opposition comme du pouvoir avec comme objectif principal l’expression du suffrage universel garant de la cohésion sociale. Nous ne pouvons, sous aucun prétexte, être sous l’emprise d’aucun groupe de lobbying et de pression au risque de violer les valeurs intrinsèques et l’éthique qui sont à la base de nos statuts et règlements intérieurs.

Ayant un statut d’observateur, nous avons l’obligation, sous réserve de la loi, de donner notre point de vue, avec la rigueur et l’objectivité nécessaires, sur tout le processus électoral et ce, sans aucun parti pris. » « En conséquence, la société civile condamne fermement les propos de Mr Ousmane Sonko et appelle les acteurs politiques au calme et à la sérénité », concluent les organisations signataires du communiqué.

Il s’agit de l’Anafa, l’Ondh, le Réseau Siggil Jiggeen, la Raddho, l’Ong 3D, l’Ajed, l’Handicap, Formeduc, l’Urac, la Lsdh, l’Osidea, le Forum du justiciable et l’Afrikajom Center.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 306

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *