Transport Aérien

La Russie accusée de brouiller les signaux GPS des avions civils en mer Baltique

Les ministres des Affaires étrangères d’Estonie, de Lettonie et de Lituanie ont averti dimanche que le brouillage GPS, qu’ils imputent au Kremlin, augmentait le risque d’un accident aérien.

Le brouillage des signaux GPS émanant de la Russie a atteint des niveaux alarmants en Europe, marquant ainsi une escalade sans précédent, a indiqué ce lundi 29 avril le transporteur aérien finlandais Finnair.

Depuis décembre 2023, Moscou mène en effet une forme de guerre électronique hybride depuis son enclave de Kaliningrad, située entre la Lituanie et la Pologne.

Finnair a d’ailleurs annoncé ce lundi avoir dû dérouter deux de ses vols la semaine passée en raison d’interférences GPS empêchant l’approche de l’aéroport de Tartu en Estonie. Bien que les avions de Finnair soient équipés de systèmes de navigation alternatifs, ces incidents ont contraint la compagnie à suspendre ses vols vers Tartu jusqu’à ce que des solutions alternatives soient trouvées.

Le ministre estonien des Affaires étrangères a dénoncé «des attaques hybrides russes». «La Russie sait parfaitement que les interférences qu’elle provoque sont très dangereuses pour notre aviation et vont à l’encontre des conventions internationales» qu’elle a signées, a-t-il ajouté.

Situation extrêmement dangereuse
Les médias polonais avaient rapporté dès mi-janvier des perturbations GPS sans précédent dans le nord et l’est du pays, incluant la capitale Varsovie. Cette situation a également suscité des inquiétudes en Suède, en Finlande et en Estonie. Bien que la Russie n’ait pas confirmé son implication dans ces interférences, elle a mentionné la tenue d’exercices à Kaliningrad à la même période.

Selon des informations russes de mi-janvier, les unités de guerre électronique de la flotte baltique ont mené des exercices visant à protéger les installations militaires contre les attaques de drones ennemis. Le véhicule de guerre électronique Borisoglebsk-2, en service dans l’armée russe depuis 2015, est capable de brouiller les communications satellitaires et les dispositifs de radionavigation.

L’activation de ce système de guerre électronique à Kaliningrad a eu des répercussions sur les pays voisins, notamment sur le trafic aérien. Le média britannique The Sun a en effet rapporté que cela avait eu un impact sur «des systèmes de navigation qui sont devenus inutilisables, qui font en sorte que les avions ne soient pas sûrs de leurs itinéraires et qu’ils aient du mal à indiquer aux autres où ils se trouvent».

De fausses données ont également contraint des avions à modifier leur trajectoire et à effectuer des manœuvres d’évitement d’obstacles inexistants, une situation qualifiée d’extrêmement dangereuse par des sources industrielles citées par The Sun.

Des milliers de vols perturbés
Selon le Financial Times , des dizaines de milliers de vols civils ont été perturbées au cours des derniers mois en raison de ces interférences.

Depuis septembre 2023, «2309 vols Ryanair et 1368 avions Wizz Air ont enregistré des problèmes de navigation par satellite dans la région baltique», ainsi que «82 vols de British Airways, sept de Jet2, quatre vols d’EasyJet et sept opérés par TUI», révèle le média britannique. Face à cette situation, la Suède a sollicité l’intervention de l’OTAN.

Les ministres baltes des Affaires étrangères d’Estonie, de Lettonie et de Lituanie ont également averti dimanche 28 avril dans une interview au Financial Times que le brouillage GPS, qu’ils imputent au Kremlin, augmentait le risque d’un accident aérien, même si jusqu’à présent, aucun incident mortel n’a été signalé à la suite de ces actions hostiles russes.

En mars 2024, un avion transportant Grant Schapps, secrétaire britannique à la Défense, a été touché par une panne de son système GPS au-dessus de Kaliningrad. Selon les données du site GPSJAM.org, citées par le journal britannique The Guardian, environ 46.000 vols en provenance du Royaume-Uni ont signalé des dysfonctionnements de leur système GPS au-dessus de la mer Baltique depuis août dernier.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 42

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *