Politique

La plainte annoncée d’Aliou Sall contre la BBC fait pschiiit

Aliou Sall a suspendu les poursuites judiciaires promises contre la British Broadcasting Corporation (BBC). C’est du moins ce que vient d’annoncer son avocat, Me Mouhamadou Moustapha Dieng, dans un communiqué… le prétexte trouvé est l’enquête ouverte par le Procureur de la République sur saisine du ministère de la Justice sur les mêmes faits.

Aliou Sall exige désormais une approche non juridictionnelle en demandant à la BBC d’ouvrir une enquête de fiabilité sur le travail de sa journaliste.

Aliou Sall se rétracte encore ! Cité en 2014 dans une affaire scandaleuse concernant le pétrole découvert au Sénégal par l’ancien président de la République, Me Abdoulaye Wade, le frère de l’actuel président avait juré sur tous les toits qu’il allait poursuivre le Pape du Sopi devant les tribunaux. Hélas ! Quelques jours plus tard, il rétropédalait.

Pour justifier un tel revirement, Aliou Sall avait confié que c’est son frère, le président Macky Sall, qui l’avait dissuadé de porter plainte contre Me Wade. « Je ne veux pas que les Sénégalais disent qu’après le fils, ils s’en prennent au père. J’ai compris que son combat était dirigé contre Macky Sall » avait-il donné comme motif de sa reculade avant de tenter de convaincre l’opinion, documents à l’appui, que les accusations de Wade sont fausses.

Cinq ans plus tard, Aliou Sall remet ça. Accusé par la Bbc d’avoir reçu un pot-de-vin versé par l’homme d’affaires Frank Timis, Aliou Sall avait, le lendemain même de la publication de l’enquête intitulée « Un scandale à 10 milliards de dollars », promis d’ester le média britannique en justice.

Nouvelle rétractation ! Dans un communiqué publié hier, son avocat, Me Mouhamadou Moustapha Dieng fait d’emblée remarquer que son « client avait publiquement manifesté sa ferme volonté d’intenter des poursuites judiciaires contre les auteurs, co-auteurs ou complices de cette production ».

Toutefois, ajoute-t-il, étant donné que « le ministre de la Justice a annoncé la saisine du Procureur Général de la Cour d’Appel de Dakar pour l’ouverture d’une enquête portant sur les mêmes faits », Aliou Sall a décidé de surseoir à sa décision de porter plainte contre le média britannique.

Pour cause, selon Mme Mouhamadou Moustapha Dieng, « les dispositions de la Loi pénale en vigueur font temporairement obstacle à cette détermination ». A cet effet, l’avocat a convoqué l’article 226 alinéa dernier du Code de Procédure Pénale qui dispose que « Dans toute autre circonstance et envers toute autre personne non qualifiée, lorsque le fait imputé est l’objet de poursuites commencées à la requête du Ministère Public, ou d’une plainte de la part du prévenu, il sera, durant l’instruction qui devra avoir lieu, sursis à la poursuite et au jugement du délit de diffamation ».

Me Mouhamadou Moustapha Dieng en tire donc la conclusion que « toute action judiciaire, engagée dans ces conditions, risque d’être paralysée par l’action du parquet. C’est pourquoi, nous avons engagé un recours non juridictionnel en attendant l’issue de l’action du ministère public ».

Aliou Sall veut pousser la Bbc à ouvrir une enquête sur la fiabilité des informations
En d’autres termes, le conseil du Directeur Général de la Caisse de dépôts et consignations (Cdc) a indiqué que « cette voie de droit (leur) commande de saisir au préalable la Bbc d’une réclamation qui l’oblige à ouvrir une enquête sur la fiabilité des informations ainsi que sur le respect par la journaliste Mayeni Jones des normes éthiques régissant l’exercice de la profession ».

En cas de rejet de cette réclamation, l’avocat d’Aliou Sall se réserve le droit de porter l’affaire devant l’Office Fédéral de la Communication du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord (Ofcom), non sans mentionner que c’est « la seule instance de recours habilitée à se prononcer en appel » sur cette affaire.

Enfin, l’avocat à la Cour a informé que la « requête sera déposée auprès du médiateur de la BBC à Londres (Angleterre), ce mercredi 12 juin 2019».

Pour rappel, dans une enquête, la chaîne britannique a révélé qu’Aliou Sall aurait per- mis à Frank Timis, un homme d’affaires roumano-australien, de décrocher des contrats pétro-gaziers au Sénégal moyennant des rémunérations indues, c’est-à-dire 25.000 dollars (14,6 millions F CFA) par mois et pendant cinq ans.

Ce qui fait un pactole de 1,5 million de dollars (878 millions F CFA) versé à Aliou Sall. Pour l’heure, le mis en cause a nié en bloc toutes les accusations de corruption et son avocat Me Mouhamadou Moustapha Dieng a soutenu que « les faits rapportés (par la Bbc) sont inexacts ».

Dakarecho avec Mor Fall

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 116

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *