InternationalSociété

La consommation de viande en recul à travers le monde

La consommation de viande devrait reculer de 3 % cette année. La production devrait aussi marquer le pas et décliner. Le confinement et la crise économique ont mis à mal ce marché.

Les amateurs de viande vont faire grise mine. La pandémie de Covid-19 a confirmé le recul de la demande en viande dans le monde.

Selon les données de la FAO, la consommation par habitant devrait reculer de 3 % par rapport à 2019, portant à 5 % la baisse depuis 2018. Mieux, la consommation globale, indépendante de la croissance démographique, pourrait elle aussi décliner, une tendance inédite dans un marché qui a continuellement grossi depuis les années 1960.

Les mesures de confinement ainsi que la crise économique, comme le rappellent Les Echos, ont eu un effet massue : dans l’incertitude, les ménages ont préféré réduire la facture au supermarché et écarter les produits carnés de leur Caddie ; la fermeture des restaurants a, elle aussi, pesé sur la demande, car on consomme plus de viande hors du domicile.

Le gigantesque marché chinois (40 % de la consommation mondiale de porc) avait déjà été éprouvé en 2019 par la peste porcine africaine qui avait décimé le cheptel de porcs et entraîné une hausse spectaculaire des prix sur les étalages. Cette année, les autorités chinoises ont mis en garde leurs concitoyens sur l’hygiène dans les marchés en particulier des animaux, ce qui a détourné une partie des consommateurs des protéines animales.

Bonne nouvelle pour le climat
La production de viande va reculer pour la deuxième année consécutive, prédit la FAO. La fermeture de nombreux abattoirs aux États-Unis, au Brésil mais aussi en Allemagne a mis la production sous pression. Mais il faudra attendre pour mesurer pleinement les effets de la crise.

En attendant, pour le climat, c’est une bonne nouvelle : la viande est l’une des denrées alimentaires émettant le plus de gaz à effet de serre.

Autre point positif : le bœuf, qui émet 10 fois plus que la volaille ou que le porc, perd des parts de marché. Alors qu’il représentait près de 40 % de la production en 1961, il est tombé à 20 % en 2018

Digital Manager - Chef de projet chez Alixcom Dakar | E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles Similaires

1 sur 519

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *