Mode AfricaineStyle-Mode

Kadiata Diallo, Rich Mnisi, Kader Diaby, Kader Diaby, Gugu Peteni et Mohamed Youss sont les cinq talents de l’Africa Fashion Up (AFUP) 2024, initié par Share Africa

Soutenir les créateurs émergents originaires du continent africain et proposer une autre vision de l’industrie de la mode sont les ambitions du concours Africa Fashion Up (AFUP) 2024, initié par Share Africa, plateforme d’actions et de projets qui valorise ces jeunes pousses.

Après avoir étudié près de 200 candidatures, le jury vient d’annoncer les cinq lauréats de cette saison, qui ont été choisis pour leur savoir-faire, leur démarche durable ou encore leur originalité: « Comme l’an passé, on recherche des profils qui ont déjà une clientèle, avec au moins deux ans d’activité.

Ces derniers doivent être capables de réaliser des collections afin d’être prêts à collaborer avec des marques à l’échelle internationale », stipule Valérie Ka, fondatrice d’Africa Fashion Up, avant d’ajouter: « Pour nous, ces nouveaux créateurs ont une place et un rôle primordial à jouer pour changer cette vision qu’on a de la jeune africaine. C’est en passant par l’industrie créative qu’on donnera une dimension économique à l’Afrique. »

Parmi les candidats, on retrouve Mohamed Youss (Maroc), à la tête de la marque Anouri, qui célèbre son héritage culturel ainsi que l’artisanat marocain en travaillant principalement à partir de tissus recyclés tels que la toile de jute pour confectionner ses pièces uniques.

Gugu Peteni (Afrique du Sud), qui a lancé son label Gugubygugu, s’inspire du streetwear tout en s’imprégnant de la culture sud-africaine. La créatrice propose une garde-robe structurée dans une palette de couleurs vitaminées.

Kader Diaby (Côte d’Ivoire), fondateur de la marque Olooh, emploie la mode comme « un haut-parleur ». Il interprète les histoires de son pays et exprime une fascination pour la culture abidjanaise qu’il retranscrit dans ses créations fabriquées à la main.

Rich Mnisi (Afrique du Sud) superpose les imprimés et emploie des matériaux écoresponsables tels que la laine ou la soie recyclée pour concevoir ses collections, qu’il confectionne directement dans son pays d’origine.

Enfin, la créatrice Kadiata Diallo (Sénégal et Mauritanie), qui a lancé sa marque Niuku, propose un vestiaire minimaliste, adoptant un style japonisant tout en rendant hommage à l’artisanat africain, notamment en utilisant des méthodes d’impression traditionnelles, le tout à partir de tissus recyclés et de teintures faites à la main.

Renforcer sa présence sur le marché tricolore
Pour accroître la visibilité de la mode africaine sur la scène parisienne, cette année AFUP présentera les créations des finalistes pendant la Semaine de la haute couture, lors d’un défilé qui se tiendra le 26 juin dans les jardins du musée du quai Branly-Jacques Chirac (VIIe arrondissement). La soirée se terminera par l’annonce du prix « Young Designer Africain ». Deux nouveaux prix seront également attribués: le prix « Best Designer Africain » et le prix « Eco Africain ».

Dans les semaines qui suivront, les grands gagnants participeront à une semaine de formation en management et commerce international, dispensée par l’école de commerce HEC Paris. Ils profiteront de visites immersives dans les maisons de haute couture, ils assisteront à des tables rondes et seront accompagnés ensuite par la maison Balenciaga pendant quatre mois, dans le cadre d’un programme de mentorat.

Pour marquer la troisième année consécutive de son partenariat avec les Galeries Lafayette Paris Haussmann, du 27 juin au 3 juillet, le grand magasin accueillera pour la première fois, au quatrième étage, un pop-up store de 230 mètres carrés proposant à la vente les créations de jeunes talents sélectionnés par Share Africa.

© 2024 FashionNetwork.com

Digital Manager - Chef de projet chez Alixcom Dakar | E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles Similaires

1 sur 7

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *