InternationalIsraël

Israël annonce qu’il va légaliser neuf colonies en Cisjordanie occupée depuis 1967

Le cabinet de sécurité israélien a annoncé dimanche 12 février qu’il allait légaliser neuf colonies en Cisjordanie occupée, après une série d’attaques à Jérusalem-Est, dont une qui a fait trois morts vendredi.

«En réponse aux attentats terroristes meurtriers à Jérusalem, le cabinet politique et de sécurité a décidé à l’unanimité de légaliser neuf colonies en Judée-Samarie», nom utilisé par Israël pour désigner la Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël, indique un communiqué du bureau du premier ministre Benyamin Netanyahou.

«Ces colonies existent depuis de nombreuses années, certaines d’entre elles depuis des décennies», poursuit le communiqué. Celles-ci, dites, «sauvages», ont été construites sans autorisation du gouvernement israélien.

«De plus, le Conseil de planification supérieur de l’administration civile, se réunira dans les prochains jours pour approuver la construction de nouveaux logements dans les colonies existantes en Judée-Samarie», est-il indiqué.

«Le Cabinet de sécurité a adopté d’autres mesures dans le cadre de la lutte déterminée contre le terrorisme», notamment de renforcer la présence des forces de sécurité à Jérusalem, poursuit le communiqué.

Plus tôt dimanche, lors d’une réunion de son gouvernement, Benyamin Netanyahou avait annoncé vouloir «renforcer la colonisation», illégale selon le droit international. Plus de 475.000 Israéliens résident dans des colonies en Cisjordanie, où vivent 2,8 millions de Palestiniens.

Benyamin Netanyahou a également annoncé que son gouvernement souhaitait soumettre à la Knesset (parlement) cette semaine une loi pour «déchoir de la nationalité (israélienne) et expulser les terroristes».

Ces mesures s’appliquent aux Arabes israéliens (descendants des Palestiniens restés sur leurs terres après la création de l’État d’Israël en 1948) ainsi qu’aux Palestiniens ayant le statut de résidents de Jérusalem-Est. Cette annonce survient dans un contexte de flambée de violences israélo-palestiniennes.

Vendredi, un Palestinien a tué trois Israéliens dont deux enfants dans une attaque qui s’est produite à Ramot, quartier de colonisation juive à Jérusalem-Est – partie de la Ville sainte annexée par Israël. Et dimanche, les forces israéliennes ont tué un adolescent palestinien lors d’un raid de l’armée dans le nord de la Cisjordanie.

Depuis le début de l’année, le conflit israélo-palestinien a coûté la vie à au moins 46 Palestiniens (parmi lesquels des combattants et des civils, dont des mineurs), neuf civils israéliens (dont trois mineurs), et une Ukrainienne, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir de sources officielles israéliennes et palestiniennes.

Articles Similaires

1 sur 307

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *