Technologie-NTICTélécom-Téléphonie

En 2022, un tiers de la population mondiale toujours sans internet selon l’ONU

Sans de nouveaux investissements, «les chances de connecter la population mondiale d’ici 2030 semblent de plus en plus maigres», selon l’ONU.

En 2022, un tiers de la population mondiale restait privée d’accès à l’internet et le rythme des nouvelles connexions s’est ralenti, selon les dernières statistiques de l’ONU publiées vendredi.

«Quelque 5,3 milliards de personnes dans le monde utilisent désormais l’internet et bien que la croissance continue d’être encourageante, la tendance laisse à penser que sans investissements nouveaux dans les infrastructures et une nouvelle impulsion pour susciter de nouveaux savoir faire numériques, les chances de connecter la population mondiale d’ici 2030 semblent de plus en plus maigres», explique L’Union internationale des télécommunications, dans un communiqué.

Si cette année 2,7 milliards de personnes n’ont toujours pas d’accès elles étaient encore 3 milliards en 2021 et 3,6 milliards en 2019, juste avant la pandémie de Covid-19. Celle-ci «nous a donné un bon coup de fouet en termes de connectivité, mais il nous faut soutenir le même rythme pour s’assurer que tout le monde peut bénéficier» du numérique, a souligné Houlin Zhao, le secrétaire général de l’organisation onusienne. «Cela ne pourra se faire qu’avec plus d’investissements dans les réseaux et technologies numériques, une réglementation s’inspirant des meilleurs exemples et la formation», a-t-il ajouté.

L’IUT a identifié deux obstacles principaux à son objectif d’une population mondiale entièrement connectée: les populations qui ne sont toujours pas connectées sont aussi les plus difficiles à atteindre et les difficultés à passer d’un simple accès à un accès régulier et facile.

L’UIT estime que les obstacles sont souvent sous-estimés comme: des vitesses de connexions trop lentes, des prix trop élevés pour le matériel et les abonnements, le manque de culture numérique ou encore des barrières culturelles et linguistiques, mais aussi la discrimination de genre et parfois le simple manque d’un accès à l’électricité.

«Si la hausse du nombre de personnes utilisant l’internet dans le monde est encourageante, nous ne pouvons simplement assurer que la forte croissance constatée ces dernières années va se poursuivre ainsi», a mis en garde l’Américaine Doreen Bogdan-Martin, directrice en charge du développement et surtout candidate à la succession de Houlin Zhao.

Opposée à un candidat russe, Doreen Bogdan-Martin est donnée favorite lors de l’élection qui se tiendra fin septembre à Bucarest. Les disparités régionales restent fortes.

L’Afrique est la moins connectée des six régions de l’UIT, avec 40% de la population en ligne, dans les pays arabes ce taux est de 70%.

En Asie-Pacifique, le taux de pénétration de l’internet est passé de 61% en 2021 à 64% cette année.

Les Amériques, la Communauté des États Indépendants et l’Europe affichent des taux de plus de 80%. Le Vieux continent arrive en tête avec 89% de sa population connectée.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 52

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *