SociétéVedette - La UNE

Édouard Philippe va restituer au Sénégal le sabre d’Omar Omar Tall saisi par les troupes françaises en avril 1893 lors d’un combat les opposant

Une forte délégation du gouvernement français est attendu à Dakar ce week-end dans le cadre du conseil intergouvernemental prévu ce dimanche au Palais de la République.

Lors de cette visite les 17 et 18 novembre, le Premier ministre français, Edouard Philippe sera accompagné de Jean Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires Étrangères, de Florence Parly, ministre des Armées, de Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition Écologique et Solidaire, chargé des Transports, d’Agnès Pannier Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, de Gabriel Attal, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, de Laurent Nunez, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, de parlementaires, de chefs d’entreprise et de personnalités culturelles.

Ils vont échanger avec leurs homologues sénégalais sur les accords entre les deux pays. A la fin de la rencontre, Edouard Philippe fera une déclaration avant se rendre à la Salle des Banquets pour procéder à la remise du sabre de El hadj Oumar Foutiyou Tall à sa famille devant le Président Macky Sall.

L’œuvre, selon la base des collections du Musée de l’Armée auquel elle appartient, « comporte une lame française, de sabre d’officier d’infanterie modèle 1821, dite « à la Montmorency ».

Sur le dos sont gravées les inscriptions « Manufacture de Klingenthal » ainsi que « Coulaux et Cie ». La poignée est en cuivre ciselé, munie d’une croisière simple et massive. Le pommeau est en forme de bec d’oiseau, terminé par un petit anneau. La fusée est garnie d’un filigrane en fil de fer. Le fourreau est en cuir et comporte des garnitures en laiton ». Elle avait été prêtée, à la demande de l’Élysée, par le musée de l’Armée au Musée des Civilisations Noires à l’occasion de son inauguration, et y était déposée exceptionnellement pour un an, le prêt devant se terminer début décembre.

Selon plusieurs sources concordantes, le Musée de l’Armée a appris par hasard il y a une dizaine de jours, que le Premier ministre, qui doit se rendre à Dakar pour une visite diplomatique, allait organiser une cérémonie de restitution de ce sabre au Sénégal.

Cette information est d’ailleurs confirmée par un communiqué publié il y a quelques heures par l’agence Sénégal-France-Coopération.

Le ministère des Armées a rappelé au Premier ministre que la loi n’avait pas changé, et que cette restitution était parfaitement illégale. Le ministère de la Culture a également fait valoir la même position. Édouard Philippe a donc décidé de demander que le sabre soit déposé pour cinq ans, un dépôt en réalité parfaitement fictif puisqu’il va parallèlement expliquer à son interlocuteur, le président du Sénégal, que la France s’engageait dans un processus de restitution. C’est bien d’ailleurs d’une cérémonie de restitution dont il est question dans le communiqué de l’agence.

Comme on peut le lire dans la fiche qui lui est consacrée par le Musée de l’Armée, El Hadj Omar fut le créateur d’un empire qui s’est étendu pendant une cinquantaine d’années sur des territoires situés aujourd’hui au Sénégal, en Guinée et au Mali, menant la « guerre sainte » contre les territoires voisins et soumettant ainsi deux autres royaumes !

Dakarecho

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 283

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *