Faits divers

L’enquête sur les faux billets qui démolit les contes du député Seydina Fall Bougazelli

Placé en garde à vue jeudi et convoqué hier à la Section de Recherches de Dakar, le député Seydina Fall Boughazaly, chargé de voter les lois, a décidé de les violer. Le parlementaire n’a pas fait signe de vie.

Pire, il a coupé le contact avec ses avocats, qui échangeaient avec le commandant de la Section de Recherches pour les besoins de l’audition, avant de d’éteindre ses téléphones. Sa maladie avancée est du toc.

Face à cette défiance irresponsable et scandaleuse, les éléments de la Section de Recherches sont partis chez lui hier pour le cueillir. Surprise : il n’y était pas.

Tout laisse croire que le député a décidé de défier l’autorité judiciaire. N’empêche, il ne perd rien pour attendre puisque les enquêteurs l’ont localisé et, n’eut été l’heure légale dépassée, il serait cueilli. En effet, son arrestation est imminente et une opposition de sortie du territoire a été communiquée au commissariat de l’aéroport et à la police des frontières.

Il faut dire que la défense de Seydina Fall Bougazeli est catastrophique et lui-même le sait d’où son attitude. Entre deux interviews (Seneweb et L’Obs), le parlementaire a servi deux versions, totalement opposées, pour se blanchir.

D’abord, il affirme qu’il avait prêté sa voiture de fonction- dans laquelle le sac rempli de billets noirs se trouvait- à un ami. Plus loin, le voilà qui jure avoir confisqué le sac à quelqu’un qui lui devrait de l’argent après une transaction foncière. Bref, deux versions tirées par les cheveux qui ne résistent pas aux faits mis en cause par l’enquête.

En effet, Seydina Fall Bougazeli a été pris en flagrant de délit alors qu’il remettait le sac rempli de faux billets en euros et en dollars d’une valeur de 46 millions de Fcfa à un élément infiltré de la Section de Recherches.

Auparavant, les gendarmes avaient cueilli dans un hôtel de la place (King Fahd Palace) des membres du réseau qui ont fait des aveux fracassants.

Selon les informations de Libération publiées ce samedi 16 novembre , un des mis en cause par exemple a déclaré que c’est Seydina Fall Boughazeli qui était chargé de livrer les produits destinés au «lavage» ainsi que les billets noirs. C’est d’ailleurs ce suspect très coopératif qui a mis en rapport Bougazeli avec un «client» qui voulait se ravitailler. Le député a mordu à l’hameçon en débarquant avec son sac…

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 119

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *